Test : l’Expromizer V4.0 au banc d’essai

0
594

Le nouvel Expromizer est arrivé dans les bacs. La version 3.0 n’était pas exempt de défauts. Ceux-ci semblent corrigés sur le V4.0. Il s’agit toujours d’une atomiseur orienté MTL et saveurs. Alors, que nous propose cet Expromizer V4.0 ?

Airflow au « top »

C’est la grande nouveauté de l’Expromizer V4. Le V3 possédait un airflow inférieur, comme la plupart de ses congénères. Le bottom airflow est très courant et surtout plus facile à concevoir qu’un top airflow. Cependant, il a un défaut majeur : le risque de fuites. En effet, la base de l’atomiseur sert généralement d’arrivée d’air. Ainsi, l’air est acheminé directement, via un tube central, vers le coil. Seulement, lorsque le coton et/ou le plateau de montage, est totalement saturé de liquide, ce dernier peut couler dans le tube central et se retrouver dans la base. Au final, c’est la marée et la fuite. De même, la simple accumulation de condensats peut aussi faire suinter les arrivées d’air. Ce n’est pas marrant. La solution, c’est l’air flow en haut. Mais cela réclame un peu plus d’ingénierie.

Le top airflow par Exvape

L’air arrive par le top cap…
… il est acheminé par la cavité centrale du tank …
… il arrive an centre de la cloche, isolé du liquide par le tube central

Exvape s’est donc attelé au problème et a pondu un airflow haut à l’instar d’un Zeus. A ce stade, finit les fuites. Et on ne va pas se plaindre. Il faut se creuser le cerveau pour acheminer l’air correctement dans cette configuration et il faut reconnaître qu’Exvape nous a concocté un excellent airflow.

Un tirage serré

Comme son prédécesseur, l’Expromizer V4.0 est un atomiseur typé MTL. Et pour le coup, il est effectivement assez serré. A pleine ouverture, il reste sur un débit d’air restreint, sans toutefois être ultra-serré, à l’instar d’un Squape N [duro] version MTL.

Un réglage pas au « top »

Le seul défaut que je vois dans cet airflow, c’est son réglage. En effet, il s’opère à l’aide d’une bague située en haut donc, mais celle-ci ne possède qu’un crantage assez minimaliste (trois rainures diamétralement opposées) et pas très pratique. La bague opposant un certaine résistance, le réglage d’airflow n’est pas le plus facile du monde. En revanche, la bague possède deux butées de fin de course très bienvenues. Le réglage se fait avec 6 trous de 1mm de diamètre dont le choix est plutôt judicieux.

Remplissage au « top » aussi

Bon, sur ce point, presque tous les atomiseurs possèdent un remplissage par le haut. C’est dans l’air du temps depuis un moment. Seul quelques réfractaires le font toujours à l’ancienne, tel le Kayfun Lite 2019.

L’Expromizer V3 avait donc déjà ce type de remplissage, ressemblant beaucoup à feu Le Crius. Il s’agissait d’un « top filling » mais …. sur le côté du tank. Je m’explique : comme le Crius, l’Expromizer V3 est équipé d’une bague à dévisser puis à soulever pour donner accès à un orifice latéral. Alors, oui, c’est un « top filling », mais pas toujours des plus pratique.

Du coup, Exvape est revenu à quelque chose de beaucoup plus standard. Le top cap se dévisse entièrement et l’on accède au remplissage du réservoir. Finalement, ça n’est pas plus mal et permet, en outre, d’utiliser n’importe quelle bouteille, même avec les très pénibles bouchons twist.

Le réservoir contient 2ml. En cela, il est full compatible TPD. Cela dit, 2ml, ça ne fait pas lourd en capacité. Pas de panique, il y a deux options pour changer cela. Exvape propose deux extensions pour passer à 4ml :

  • Un tank plus long avec extension de cheminée
  • Un tank « bubble » sans extension

Tout cela est proposé en options

A noter : le tank est en PEI. Il est donc peu sujet aux casses et n’est pas sensible aux arômes « agressifs ».

Le juice control

Le contrôle d’arrivée de liquide est une fonction assez rare, et généralement réservée aux atomiseurs high-end. Bon nombre d’atomiseurs haut de gamme en possédent un : Taifun GT4, Kayfun V5, Squape N [duro] parmi les plus connus.

L’Expromizer V3 possédait déjà un « juice control ». Il se réglait à l’aide d’une bague à tourner située sous le drip-tip entraînant la cloche de réglage interne. Pour le V4.0, Exvape a choisi un autre système : tout le tank tourne afin de faire pivoter la cloche interne et contrôlant les ouvertures d’arrivée de liquide. Pour les connaisseurs, ce système existe déjà dans la famille Pharaoh de chez Digiflavor. Et ma foi, il est plutôt pratique à manipuler. Le défaut, c’est qu’il faut faire attention à la position du tank. On a vite fait de le tourner sans faire attention, et modifier son réglage ; ou pire, fermer l’arrivée de liquide inopinément et se retrouver au dry-hit sans s’en rendre compte. D’autant que j’ai trouvé la rotation du tank un peu trop « lâche ». De plus, la rotation s’effectue à 360°, sans fin. J’aurais préféré un peu plus de résistance et surtout des butées. C’est un peu dommage, d’autant que la lisibilité du réglage est loin d’être optimale.

La lisibilité du réglage de flux de liquide est assez malaisée.

Le problème final, c’est que la bague d’airflow est un peu résistante et le tank très « lâche ». Du coup, on a tendance a dérégler son juice control lorsque l’on règle son airflow. C’est un détail, mais ça peut se révéler agaçant au quotidien.

Plateau mono coil

MTL oblige, l’Expromizer V4.0 a un plateau mono-coil. Et il est inutile d’en faire plus. La vocation de cet atomiseur n’étant pas de faire un cumulo-nimbus, un seul coil suffit largement. Le plateau est des plus traditionnel et rappelle furieusement celui du Kayfun V5. L’ajout de quatre crochet (absents sur le V3) de blocage pour le fil accentue encore la ressemblance. Le Kayfun avait été le premier à introduire cette petite coquetterie fort pratique. Nous la retrouvons donc sur l’Expromizer V4.0, et c’est tant mieux parce que c’est vraiment appréciable au moment du montage. Seul (petit) défaut : les crochets en question on vite fait de provoquer des entailles dans la chair. : Faites attention avec vos doigts.

A l’usage

Grosse avancée pour cette version 4.0. En effet, le V3.0 ne m’avait pas hautement convaincu. Celui-ci avait un défaut majeur : son airflow. Manifestement, une petite erreur de conception faisait que le débit d’air était fortement perturbé. Du coup, on avait constamment l’impression que l’atomiseur était noyé et qu’il allait fuiter. En fait non. C’est vraiment le designe du flux d’air qui posait problème. Avec l’Expromizer V4.0, ce défaut a été totalement gommé. La vape est smoothie et vraiment au top pour qui aime les tirages un peu serrés. Le remplissage s’effectue tranquillement ; rien à ajouter à ce sujet. Le montage, quant à lui, est à l’avenant pour qui maîtrise déjà la manipulation de ces petits plateaux. Comme évoqué ci-dessus, les habitués du Kayfun V5 seront dans leur élément. Rien à signaler de ce côté. Ca se passe très bien.

Comme évoqué plus haut, le juice control est très facile à l’usage, mais l’interaction avec l’airfow est plutôt pénible. Gageons que le joint de la bague d’airflow se « fera » un peu avec le temps car il faut bien maintenir le tank quand on règle son arrivée d’air. Je trouve cette bague d’airflow pas très pratique à l’usage et à la manipulation quelque peu hasardeuse.

Conclusion

Voilà un atomiseur MTL réellement amélioré vis à vis de son prédécesseur. Malgré des réglages airflow / liquid control perfectibles, l’Expromizer V4.0 est globalement une réussite ; surtout concernant les sensations de vape. De ce point de vue, il marche vraiment très très bien. Le rendu de saveur est au top. Etant donné le prix plancher du bestiau, on aurait tort de se priver de la découverte de cet atomiseur. Mais que reste-il aux grands ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.