Corona V8 de Steampipes

Le top coil ultime ?

0
384

Le Corona V8 de Steampipes : le Change puissance 8

Steampipes est l’un des modeurs européen les plus réputé sur le marché. Il a fait de l’atomiseur top coil sa spécialité. Le dernier né s’appelle Corona V8.

Steampipes s’était déjà taillé une solide réputation avec le Change, un atomiseur top coil, de 23mm de diamètre, plutôt innovant en son temps. Fort de cette expérience, les teutons ont répondu à la demande des aficionados en leur proposant un Change au goût du jour. Le premier Corona se distinguait de son ainé par sa taille, un plateau velocity et une capacité plus importante (à peine). Ce premier Corona n’étant pas exempt de défauts, Steampipes à décidé de sortir une deuxième version, le V8, qui apporte une capacité en liquide largement augmentée et un système de remplissage reprenant celui du Change. Allons jeter un oeil sur cet atomiseur made in Deutschland.

Top coil

Le Corona V8, comme le Change, est de type top coil. C’est à dire que son plateau de montage est situé en haut de l’atomiseur, avec un réservoir en dessous. Le Change avait un peu bousculé le monde de l’atomiseur à son époque et l’idée du top coil fit long feu car nous vîmes apparaître, peu de temps après, le RDTA. L’idée est au final d’allier dripper et réserve de liquide. Après, on objectera qu’il y a le Bottom Feeder. Certes. Mais le BF est plus récent.

Alimentation par câbles

En ce qui concerne l’alimentation en liquide, le Corona V8 a opté pour le câble, à l’instar du Taifun BT, pour aller pomper nos précieux liquides jusqu’au fond de la cuve. C’est aussi là que la comparaison avec le RDTA s’arrête puisque ce type d’atomiseur utilise du coton exclusivement. L’idée est venue de passionnés du Change qui lui, était prévu à la base pour utiliser de la fibre de silice. Le principe de capillarité fonctionne avec le câble en acier du fait de sa structure ; et il fonctionne très bien. Quand on dit câble acier, il s’agit en fait de câble en acier inoxydable de type frein de vélo en fils tressés. Le Change n’acceptait pas plus de 2,5mm. Le Corona V8 ayant une vocation de vape plutôt ample, les câbles ont donc pris de l’embonpoint. Au nombre de 4 et au diamètre de 3mm, ils sont livrés pré-découpés dans le coffret ; et c’est tant mieux, parce que couper proprement du câble acier de ce diamètre n’est pas une sinécure, celui-ci ayant une fâcheuse tendance à se déliter lors du tronçonnage. Si vous souhaitez le faire vous-même, il n’y a qu’une solution viable pour ce faire : un petite Dremel et un mini disque à tronçonner. Oubliez la pince coupante ou vous risquez des « nervous breakdown comme on dit d’nos jours ».

On insère donc les câbles par les trous du plateau, rien de plus simple, ils sont coupés pile-poil à la bonne longueur. Le plateau est en peek afin d’isoler le tout du moindre court-circuit. Ils ont pensé à tout chez Steampipes. Il conviendra de les tourner en les glissant dans les trous afin d’éviter le délitement ; ça serait dommage. Dans tous les cas, ne jamais forcer, ça doit rentrer tout seul.

Plateau velocity

Le Corona V8 opte pour le plateau velocity. Et c’est tant mieux : ceux qui ont connu le Change savent à quel point il était une tannée à monter en général, et en dual coil en particulier. On peut donc s’autoriser du coil musclé si on le souhaite tout en gardant cette facilité que le velocity apporte. Nous allons donc pouvoir monter tout cela. Allez, un double coil, soyons fous. Une bonne moustache de coton que l’on replie sous le coil afin que la fibre repose sur les câbles et c’est prêt. En tout état de cause, le plateau est très accessible et permet un montage vraiment facile et rapide.

Capacité et remplissage

Le Corona V1 possède un système de remplissage qui ne fait pas l’unanimité. Pour autant, ce système a le mérite de pouvoir utiliser des pipettes en verre et même du bouchon twist. En effet, avec le V1, on doit dévisser partiellement (selon la taille de pipette) tout le top cap de l’atomiseur pour offrir une grande ouverture sur le réservoir. De part cette conception, nous étions limité en capacité à 4,5ml. Le V8 change la donne en reprenant le système de remplissage du Change, à savoir un trou sur le côté et en haut du baril, en prise directe avec le réservoir. Mais pas un grand trou ; c’est là que le bât blesse puisque l’on s’interdit pas mal de contenants de liquides. De même, nous allons devoir ôter tout le top cap pour accéder à ce fameux orifice. En revanche, le réservoir passe à 8ml. Bon, rien n’est idéal en ce bas monde, mais il faut le savoir : le V1 et le V8 sont très différents sur ce point précis. Chacun fera son choix. Ne reste plus qu’à remplir le réservoir puis humecter le coton avant de vaper.

L’Air Flow

Le Corona V8 est plutôt bien pensé à ce niveau. L’air flow est en forme de triangle et cette configuration n’est pas qu’esthétique. Cette forme permet de passer du tirage moyen a serré avec une transition douce, et sur une surface réduite. Pas bête puisque cette petite surface concentre le flux d’air sur le ou les coils. Rien n’est laissé au hasard.

La vape

Voilà, tout est prêt. Le coton est humide du précieux liquide et les câbles acier sont très efficaces pour l’en gorger. On remonte le top cap et on place le drip tip en POM. Ah tiens, le drip tip n’a pas de joints. Sa partie basse est un peu plus large qu’un 510 et va donc rentrer en force dans son logement. Un peu trop en force d’ailleurs. Pas facile à enlever. Grrrr. Cela dit, l’alésage est bien de type 510, et on pourra utiliser n’importe quel drip-tip standard ; d’autant qu’il est quand même plutôt large ce drip ; tout le monde n’aime pas. Cela dit, il s’intègre aussi très bien avec la taille assez imposante du Corona V8. En tout état de cause, la vape s’avère vraiment bien équilibrée et pleine de saveurs. On est sur du top coil, donc la vapeur est tiède voire chaude. Ca va très bien avec des jus tabac.

Conclusion

Le Corona V8 représente une sorte de compromis RTA/RDA. Un hybride qui apporte la puissance du dripper avec une réserve, mais il se garde le droit de faire de la vape serrée, ou du moins, à tirage moyen. La vape est ample et généreuse et franchement très goûteuse. Le Change était et est toujours un must dans le top coil. Avec le Corona V8, Steampipes se met au goût du jour et lorgne du côté du power vaping. Toutefois, avec un drip tip plus fin et un montage raisonnable, on garde cet aspect vape chaude et toute en saveurs caractéristique du top coil. Le post velocity et ce grand drip tip aurait tendance à nous entraîner vers du montage puissant, mais il ne faut pas négliger la possibilité de tester une vape plus cool en simple coil et avec du fil standard ; le Corona V8 sait faire aussi. De plus, avoir une réserve de 8ml est un sacré plus. Certes, le Corona V8 n’est pas des plus compact au royaume des atomiseurs, mais avec son diamètre de 23mm et sa contenance record, il n’est guère possible de faire autrement. Si l’on veut un setup esthétique et pas trop massif, un mode tubulaire en 23mm sera parfait.

Le principal reproche que l’on peut lui faire, c’est cette ouverture de remplissage. Non seulement elle est petite, mais en plus, on est obligé de pencher l’atomiseur pour le remplir. Pas des plus pratique. Le drip tip sans joints est aussi très dur à ôter. Il faudra que l’on m’explique pourquoi faire un drip tip sans joints. Il doit bien y avoir une raison tout de même !

En revanche, aucun reproche sur la finition et la qualité d’usinage. Pas de jeux et pas de cotes au pifomètre. On n’en espérait pas moins non plus de la part de Steampipes, vu le prix.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here