Le PNLT nouveau 2023 est arrivé

0
610
PNLT pour la période 2023-2027

Mardi 28 novembre 2023, Aurélien Rousseau, actuel ministre de la santé, dévoilait le nouveau PNLT 2023-2027*. Il s’agit d’une série de propositions visant à réduire l’impact du tabac en France. Ceci avec l’objectif d’une France sans tabac à l’horizon 2032. Le plan présenté s’articule autour de la période 2023-2027. La vape y est évidemment évoquée, mais pas pour de bonnes raisons.

*Programme National de Lutte contre le Tabagisme

Un lourd constat

En préambule, le document du ministère de la santé rappelle quelques chiffres pour la période 2018-2022 :

  • 12 millions de fumeurs quotidiens
  • 75 000 décès par an, soit un décès sur 8, dus au tabagisme
  • 90 000 enfants concernés par l’impact du tabagisme (742 000 naissances par an)
  • 20 à 25 000 tonnes de mégots jetés par an
  • Coût social annuel du tabagisme : 156 milliards d’euros

Le document du PNLT précise également que la prévalence tabagique des adultes a fortement baissé entre 2016 et 2019, passant de 30% à 24%. Entre 2019 et 2020, elle augmente légèrement et se stabilise autour de 25% depuis. [NDLR : Est-il besoin de préciser ici qu’entre 2016 et 2019, la croissance du marché du vapotage a crû de façon régulière. Mais c’est sans doute une coïncidence ….].

Prévenir l’entrée dans le tabagisme, en particulier chez les jeunes

La première mesure proposée par le ministère de la santé, on s’en serait douté, c’est d’augmenter le prix du paquet de cigarette. Celui-ci devrait passer à 12€ en 2025 puis à 13€ en 2027. Si le prix du paquet peut être une motivation pour tenter un sevrage, force est de constater que la prévalence tabagique n’a pas évolué depuis 3 ans. C’est le document du PNLT qui le précise lui-même. Il y a là une petite contradiction n’est-ce pas ? Mais passons, ça n’est pas le sujet.

Autre mesure phare : le contrôle renforcé de l’accès du tabac et de la vape aux mineurs. On serait tenté de dire : enfin ! Ce n’est pas faute de l’avoir exprimé, y compris ici même. La vente des produits de la vape est interdite aux mineurs. C’est la loi et si elle avait été appliquée correctement, nous n’aurions pas eu le fameux « problème de la puff ».

Et parlons-en de la puff ou e-cigarette jetable. L’interdiction de vente de ce produit est proposée avec une prise d’effet probablement d’ici la fin de l’année 2024. Encore une fois, la puff est une aberration environnementale. Pour autant, elle peut également être une initiation confortable au vapotage dans la perspective d’une sevrage tabagique. Quitte à passer sur un matériel plus évolué par la suite. En revanche, il faudrait mettre en place une vraie filière de recyclage.

Autre mesure de prévention, et non des moindres : la généralisation du paquet neutre aux produit de la vape. Là encore, je suis désolé, mais cette mesure n’a jamais prouvé son efficacité, comme en témoignent les chiffres du tabagisme français. Alors pourquoi vouloir l’appliquer au vapotage qui est justement un remède au tabagisme ?

Et les autres mesures du PNLT 2023-2027 ?

Nous n’allons pas nous étaler sur les autres mesures car celles-ci concernent, en grande partie, le tabac fumé. Nous allons tout de même résumer ce dont il est question.

Train de mesures n°2

Dans le deuxième traine de mesures, il est question de mieux accompagner les fumeurs avec une meilleure prise en charge. Sur ce point, évidemment, le ministère de la santé préconise les substituts nicotiniques même s’il est aujourd’hui prouvé que la vape a deux fois plus de réussite à ce sujet. Mais bon, la vape n’étant pas un médicament, on ne va pas épiloguer là-dessus.

Train de mesures n°3

Le troisième train de mesures concerne la pollution due au tabac. En ce sens, le ministère de la santé souhaite étendre les interdictions de fumer aux plages parcs publics, forêts et abords de certains lieux publics à usage collectif. Les lieux de santé sans tabac devraient être également généralisés. Enfin, dans l’optique de réduire la pollution, on retrouve l’interdiction de vente des « puffs ».

Train de mesures n°4

Le quatrième train consiste à transformer les métiers du tabac. A commencer par celui des buralistes. La lutte contre l’influence de l’industrie du tabac ainsi que celle contre les marchés parallèles devrait s’intensifier. Enfin, il est écrit qu’il faut agir au niveau européen afin d’harmoniser les politiques fiscales et les écarts de prix. Sur ce dernier, cela veut tout et rien dire. Cela concerne t-il seulement le tabac fumé ou bien le tabac ET la vape ? Ce qui nous ramène aux projets de taxes sur les e-liquides dont nous avons déjà parlé ici. Et rien n’est précisé sur le document du PNLT 2023-2027.

Train de mesures n°5

Le cinquième et dernier point demande à ce que l’on améliore les connaissances sur les produits de tabac. On y parle de la recherche mais aussi le renforcement de la surveillance sur ces derniers ainsi que tous ceux du vapotage. Nous y revoilà. Au final, une feuille de route sur les règlements applicables à tous les produits du tabacs est souhaitée. Qui dit tous les produits du tabac dit vape mais aussi sachets nicotinés et tout ce qui tourne autour de la nicotine, pour faire simple.

Les réactions

Les pros de la vape

Le paquet neutre ferait prendre un risque à la démarche de sevrage active dans laquelle sont engagés 4 millions de nos concitoyens. Leur élan se verrait désavoué par un interdit qui, conceptuellement et visuellement, assimilerait le poison au remède, tout en l’invisibilisant

DÉCRYPTAGE – Le gouvernement prévoit d’étendre le paquet neutre aux cigarettes électroniques.

Il fallait s’y attendre, la réaction fut immédiate. A commencer par celle des professionnels de la vape. Dans un article du Figaro, La FIVAPE et France Vapotage s’indignent des mesures envisagées dans le PNLT. Les deux fédérations s’insurgent contre le fait de placer la vape sur le même plan que le tabac fumé. Le paquet neutre reviendrait à assimiler le poison au remède.

Les pros de santé

L’heure n’est plus à sanctionner les fumeurs, mais à les comprendre et à les accompagner

Tabagisme : « Il faut avancer sur la voie de la réduction des risques »

De même, dans une tribune publiée dans Le Monde, un collectif d’addictologue évoque un véritable « Vape Bashing », totalement contre-productif, que l’on même peut constater sur le site AMELI de l’Assurance Maladie. Les addictologues parlent depuis des années de politique de réduction des risques s’opposant à celle de la prohibition et de la punition. Aujourd’hui, nous devons accompagner les fumeurs et cesser de les culpabiliser. La vape doit être inclue dans une politique globale de réduction des risques, à l’instar de ce qui se fait au Royaume-Uni ou en Nouvelle-Zélande.

En ce sens, je vous propose de suivre l’interventions de Marion Adler, addictologue au CH Antoine Béclère de Clamart au micro d’Europe 1. Sur la même antenne, l’addictologue Jean-Pierre Couteron, ancien président et aujourd’hui porte-parole de Fédération Addiction, tient à peu près le même discours.

Conclusion

On le voit, les avis sur ce PNLT 2023-2027 sont plutôt négatifs. Encore une fois, les autorités de santé font la sourde oreille aux avancées en matière de réduction des risques. En refusant d’inclure la vape dans une politique volontariste, le ministère de la santé se tire une balle dans le pied. Les opposants anti-vape, que nous ne citerons pas ici et autrefois anti-tabac, on trouvé un nouvel ennemi à abattre et ont, malheureusement, l’oreille des autorités de santé. La question qui demeure c’est : pourquoi ne pas se rendre à une évidence démontrée par nos proches voisins d’outre-Manche ?

A ce stade, pouvons-nous déjà dire que ces mesures seront un échec à échéance ? J’en ai bien peur. Et, pour le coup, cela fera une grosse tâche sur le bilan du quinquennat actuel.

Source : PNLT 2023 – 2027

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.