FAQ de l’OMS : le Docteur WHO et l’acharnement anti-vape

0
880

Mais où veut en venir l’OMS avec la e-cigarette ? Le 20 janvier dernier, une FAQ sort sur les site de l’organisation onusienne dont le contenu est un concentré de fake news. Mais que fait le DECODEX ? Ah oui, WHO, ça veut dire OMS en français …

Première question : Est-ce que les e-cigarette et autres produits du vapotage sont dangereux?

Ah … On va enfin savoir ce que dit l’OMS sur la vape. Après le rapport publié en juillet dernier, y aurait-il eu des changements de position ?

Premier paragraphe

Dès le premier paragraphe, on envoie les couleurs. Dernière phrase :

« Les ENDS* contiennent des quantités variables de nicotine et d’émissions nocives. »

*ENDS : Electronic Nicotine Delivery Systems, e-cigarette quoi…

Ca commence bien. Attention, on ne dit pas que la vapeur de e-cigarette est aussi pur que de l’air du sommet du Mont-Blanc, (si tant est que l’air du Mont-Blanc soit pur) mais les gens qui écrivent ce genre d’informations savent, théoriquement, parfaitement maîtriser les propos. L’intention n’est donc pas anodine. Attendez, ce n’est pas fini.

Deuxième paragraphe :

« Les émissions des e-cigarettes contiennent généralement de la nicotine et d’autres substances toxiques qui sont nocives à la fois pour les utilisateurs et les non-utilisateurs qui sont exposés aux aérosols secondaires. Certains produits prétendant être sans nicotine se sont avérés contenir de la nicotine. »

La première allégation concernant le vapotage passif d’aérosols secondaires est fausse. Ceci a déjà été mesuré plusieurs fois. Dans une étude parue en 2017, l’équipe de Neil Kepleis concluait :

« Nous n’avons pas observé de différence apparente dans la distribution hebdomadaire moyenne des particules entre les 43 foyers ayant déclaré utiliser des cigarettes électroniques et ceux qui n’en ont pas déclaré. »

https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0177718

Deuxième point : la nicotine. L’étude parue dans ScienceDirect en novembre 2014 montre le résultat de mesure de la cotinine salivaire chez les fumeurs passifs, les vapoteurs passifs et des sujets témoins non exposés aux deux précédents ; le temps d’exposition à la fumée et à la vapeur étant identiques bien sûr. La cotinine est le marqueur de la présence d’absorption de nicotine chez le sujet testé.

  • Fumeurs passifs : 0,38 ng/ml
  • Vapoteur passifs : 0,19 ng/ml
  • Témoin : 0,07 ng/ml

Ca veut dire quoi en fait ? Sachant que la concentration de cotinine chez une fumeur actif est de 300 ng/ml (moyenne chez un fumeur de 20 cigarettes/jour), on se rend compte que le vapoteur passif a 1578 fois de nicotine dans le sang qu’un fumeur actif. Le fumeur passif, lui, en a 789 fois moins. Attention ! On parle bien de nicotine là. Pas du reste. Le Dr Farsalinos a qualifié cette concentration de négligeable et sans effet biologique. Rappelons également que la demi-vie de la nicotine dans le sang est de 2H.

« En conclusion, les niveaux de nicotine absorbés par la « vaporisation passive » sont non seulement inoffensifs mais ne produisent même pas d’effet biologique (pas même l’accélération du rythme cardiaque). »

http://www.ecigarette-research.com/web/index.php/2013-04-07-09-50-07/2014/184-passive-vape

Pour ce qui est de la dernière allégation sur les produit contenant de la nicotine et n’étant pas censé en contenir, nous dirons donc : quels produits ?

Deuxième question : est-ce que la e-cigarette provoque des maladies pulmonaires ?

La première phrase est à mettre à l’index d’emblée :

« Il est de plus en plus évident que les ENDS pourraient être associées à des lésions pulmonaires et, récemment, la cigarette électronique et la vapeur ont été liées à une épidémie de lésions pulmonaires aux États-Unis.« 

En une phrase, l’OMS amalgame la e-cigarette en général avec l’épidémie de maladies pulmonaires de l’été dernier. Certains me diront : oui … c’est du conditionnel. Mais on connait ce qu’un média est capable de produire dans un cerveau humain selon la tournure d’une simple phrase. Je ne pense pas que les rédacteurs de cette FAQ soient totalement stupides. J’estime donc que cette phrase a été mûrement réfléchie.

On le sait depuis plusieurs mois : non, l’épidémie de maladies pulmonaires américaine n’est pas due à la e-cigarette mais au mésusage de celle-ci. Ici, l’OMS confond sans vergogne le contenant et le contenu.

Troisième question : les e-cigarettes sont-elle plus ou moins dangereuse que les cigarettes standards ?

Là, l’OMS se perd dans des explications fumeuses qui soufflent le chaud et le froid. Le conditionnel y est roi et l’on y lit que la toxicité associée à l’usage de e-cigarette dépend de plusieurs facteurs.

« Les niveaux de risque associés à l’utilisation des ENDS et/ou des produits du tabac sont susceptibles de dépendre d’une série de facteurs, certains liés aux produits utilisés et d’autres à l’utilisateur individuel »

Ah oui. Donc là, l’OMS avoue que l’utilisation inadéquate de la e-cigarette pourrait augmenter le niveau de risque. OK. C’est ce que nous disons depuis des années : quand vous passez à la e-cigarette, il faut impérativement être formé par un professionnel. C’est comme pour la voiture. Si vous prenez la route pour la première fois sans permis, attendez-vous à risquer votre vie et celle des autres. A t’on interdit l’usage d’une machine faisant 1600 morts par an ? Et bien pour la e-cigarette, c’est pareil.

Voilà. Donc, si on met de l’huile dans son clearomiseur, on prend un (gros) risque. Nous sommes d’accord Doctor WHO ?

Quatrième question : la nicotine est-elle addictive ?

« Les ENDS contiennent de la nicotine, qui crée une forte dépendance, et l’utilisation des ENDS implique l’inhalation d’un aérosol infusé de nicotine. »

Première chose à bien comprendre : la différence entre addiction et dépendance. L’addiction est une dépendance qui met votre vie, et celle de votre entourage, en danger. La nicotine, prise toute seule est une dépendance, certes. La caféine, le sucre, le sel, le chocolat, les jeux vidéos etc. sont aussi des dépendances. Tout vapoteur de longue date le sait : la dépendance à la nicotine diminue avec le temps. Avec la cigarette, la nicotine est potentialisée à l’extrême (shoot de nicotine). La dépendance en est donc plus forte. Ensuite, il faut brûler du tabac pour obtenir ce shoot, et c’est là qu’intervient le mot addiction. Respirer de la fumée est dangereux … n’importe quelle fumée.

Cinquième question : les émissions secondaires des e-cigarettes sont-elles dangereuses ?

« Les ENDS contiennent de la nicotine, qui crée une forte dépendance, et l’utilisation des ENDS implique l’inhalation d’un aérosol infusé de nicotine. »

En plus simple : le vapotage passif est-il dangereux ? réponse au-dessus. Next.

Et nous allons nous arrêter là, le reste présentant peu d’intérêt.

Conclusion

On se demande pour qui roule l’OMS. Aujourd »hui, et avec ce genre de publication, l’organisation perd peu à peu de sa crédibilité, y compris chez les professionnels de santé. Alors quoi ? Pourquoi aussi peu de rigueur ? Y a-t’il des intérêts particuliers derrière tout ça ? Ou bien simplement du lobbyisme forcené dans anti-tout, des adeptes de la pseudo-science et autres gourous de la santé publique. Si on se rapporte à l’origine du rapport de juillet, vous savez par un de nos articles, que le multimilliardaire Michael Bloomberg est la cause de la fameuse polémique. Aux dernières nouvelles, le monsieur est candidat aux primaires démocrates US de 2020. Je dis ça, je ne dis rien. Loin de moi une quelconque idée complotiste. Mais les collusions suspectes à ce niveau sont une réalité.

« Voir des complots partout est stupide, n’en voir nulle part n’est pas prudent« 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.