Test : Atomiseur dotMTL 22mm de dotMod

0
541

Dans la jungle des atomiseurs sur le marché, il y a quelques constructeurs qui se démarquent du lot. dotMod fait partie de ceux-là. Ils font du beau et du bien, mais à prix raisonnable. Focus sur le dernier atomiseur reconstructible : le dotMTL du californien.

Made in China

dotMod est un fabricant californien. Enfin … fabricant. Oui et non. dotMod conçoit tous ses produits localement, mais la fabrication est faite en Chine, avec un cahier des charges précis. Cela permet donc d’obtenir des produits « high end » mais à prix raisonnable. C’est un peu dommage, mais quand on regarde les prix des atomiseurs high-end entièrement conçus en Europe, on voit bien que l’on est pas dans la même gamme de prix. Alors, high-end, pas high-end … A vous de voir.

Un vrai MTL

Comme son nom l’indique, le dotMTL est consacré au tirage en inhalation indirecte ou MTL (Mouth To Lung – Bouche À Poumons). Et c’est le premier de chez dotMod. Contrairement aux fabricants de l’empire du milieu, les californiens de dotMod n’ont pas un catalogue long comme un jour sans pain et qui se renouvelle tous les trois mois. En revanche, ils ont un ou deux produits pour chaque usage. Il y a du RDA, RTA, RDTA, du non-reconstructible, de la box méca et électro, simple ou double accu et même une AIO qui sera bientôt revue ici. Pour le moment, nous allons regarder de plus près le petit dernier : un reconstructible mono-coil à tirage MTL.

Finitions au top

Bon, ça, on le savait. dotMod nous a, depuis toujours, habitué à des finitions de toute beauté. Notamment cette finition Or que vous découvrez dans ces lignes. Pour ceux que le bling-bling agacent, le dotMTL est aussi proposé en acier inox tout simple. Cela dit, il faut le signaler, la fameuse finition plaqué Or 24K est tout simplement magnifique. Et le packaging est à l’avenant.

Plateau simple coil

Alors oui, nous sommes en MTL. Donc, exit les énormes plateaux double-coils ; ça ne sert strictement à rien dans le contexte. dotMod a opté pour un plateau à clamps histoire de faciliter le montage du coil. Pourquoi pas, bien que je reste sceptique sur le fait que cela soit plus facile. Oui parce que il va falloir positionner correctement les pattes du coil dans des encoches correspondantes aux plots de contact. Enfin des encoches … Pas vraiment. Si l’blocage du fil est assuré vers l’extérieur, il n’en est rien vers l’intérieur.

Si on se trouve à côté, c’est raté et on recommence. Honnêtement, ce n’est pas forcément évident au premier chef. dotMod a opté pour un plateau surélevé de quelques millimètres. Pensez donc à laisser suffisamment de coton pour que celui-ci puisse atteindre le fond de la cuve ; et pour ce faire, le coton passe dans deux petites rigoles … histoire de pouvoir fermer la chambre d’atomisation.

Un airflow « 3D »

L’airflow du dotMTL a été particulièrement travaillé. dotMod a opté pour un airflow à deux arrivées. D’une part, l’air arrive par le dessous du coil, et d’autre part, sur le coté, par trois trous sur un pan biseauté à 45°. A noter que ce pan est incurvé, j’imagine pour diriger le flux d’air bien au centre.

Lorsque vous allez régler la bague d’airflow, située en bas, vous allez en fait régler le débit d’air des deux arrivées.

Les deux pin 510 livrés dans le kit

Si vous préférez n’avoir que l’airflow latéral, dotMod a prévu un pin central de remplacement qui, lui, ne possède pas d’ouvertures d’air. En fait, il est plein et sert donc à boucher l’airflow central (le pin monté d’origine possède deux trous). Lorsque le pin central percé est en place, les deux arrivées d’air sont alimentées.

Si vous préférez n’avoir que l’airflow central, qu’à cela ne tienne : dévissez le plateau de montage de la base et vous trouverez une glissière minuscule en forme de haricot sous ledit plateau. En fait, vous allez pouvoir déterminer le débit d’air maximal qui arrive au pan à 45° ; voire une fermeture complète. Ingénieux ça…

En résumé, vous pouvez utiliser ou non l’arrivée d’air sous le coil et idem pour l’airflow latéral. Tout cela permet une customisation très fine de votre airflow.

Un drôle de réservoir

Ah ! Le réservoir. Il faut que l’on détaille ce point précis. Il est bizarrement conçu ce réservoir. En fait, dotMod n’a pas fait comme tout le monde, à savoir une base qui se visse sur un réservoir et un top cap qui fait de même. Non, là, le réservoir est d’une seule pièce, donc sans top-cap. De plus, il n’est pas vissé à la base mais est maintenu par un joint torique. A la manière d’un Nautilus 2 … mais sans top cap amovible. Comment le remplit-on alors ? Et bien en dévissant le drip-tip. A ce moment, on accède au remplissage.

dotMod a prévu, dans son coffret, deux réservoir. L’un en plexiglas transparent et un autre en métal de toute beauté. Chaque finition aura son tank métal associé : soit or, soit acier inox poli. Ah oui, petit détail qui ne gâche rien : les réservoirs ne sont pas de banals tubes. Ils arborent une ligne légèrement concave qui donne du chien au look du bestiau.

Le cas du drip-tip

En fait, le drip-tip se visse sur la cheminée et pas le haut du réservoir. Nous avons donc une cheminée qui monte jusqu’en haut du tank et on peut, dès lors, envoyer son liquide par le côté. Vous savez quoi ? En fait, c’est le système de remplissage des antiques CE4 modernisé. Je ne plaisante pas. Un drip-tip qui se dévisse et un remplissage à effectuer sur le côté de la cheminée. Si, si, c’est du CE4 tout craché. Je vous avait dit que dotMod nous avait pondu un drôle de truc.

Corollaire de cette histoire : oubliez les drip-tip 510 standardisés. Ça ne rentre pas. Vous aurez deux drip-tips propriétaires, l’un en Ultem et l’autre en Delrin, livrés dans le coffret et puis c’est tout. Ne les perdez pas ! Et puis, l’autre problème de ce genre de réservoir, c’est l’accès au montage lorsqu’il est plein. Ça, vous oubliez. Il va falloir vider son tank avant de bricoler ou changer son coil. En 2019, ce n’est franchement pas top.

Le montage

Comme indiqué plus haut, il va falloir faire attention à la fixation du coil. En effet, le système de clamp est un peu étrange. Il y a deux plots sur lesquels le fil doit impérativement passer, sinon, il tombe à côté, et on recommence. Je ne suis pas très convaincu par ce système. dotMod a voulu simplifier la manœuvre avec un clamp, et donc, une seule vis, mais au final, un post doté de deux plots troués et à visser se révèle plus simple à l’usage.

Mis à part ça, le coton s’insère facilement. Pour aller chercher son précieux jus, nous allons le passer dans deux rigoles en U pratiquées sur le plateau. En somme, quelque chose de connu pour ceux qui connaissent le Zeus de Geek Vape. L’architecture est assez similaire. Comme le plateau est surélevé, pensez bien à laisser suffisamment de coton pour aller jusqu’au fond de la cuve

Et la vape alors ?

Vous l’avez compris, ce dotMTL est fait pour une vape tranquille en inhalation indirecte. Et ma foi, il fait correctement son boulot. A l’instar d’un Kayfun Lite, n’y montez de coil trop bas. En fait, j’ai fait du 0,6Ω avec du fil 0,4mm et c’est déjà presque trop bas. A une puissance de 18/19W, la vape commence à être un peu trop chaude. Finalement, il vaut mieux utiliser du fil 0,3mm. Avec 5,5 tours (oui, n’oubliez pas que le clamp est unique), on obtient 1,02Ω. Et comme cela, on est pas mal. Encore mieux, vous pouvez opter pour du fil en acier inox et faire du contrôle de température, si votre box a un chipset sérieux.

Conclusion

Il est sympathique ce dotMTL. Sa ligne et sa finition sont irréprochables. Le plateau n’est pas des plus simple à monter ; la faute à cet étrange fixation par clamp. Peut mieux faire à ce niveau. Le plus gros point négatif est le fameux réservoir dont il va falloir vider le contenu pour accéder au plateau. Je comprends que cela permette d’alléger le tout et de minimiser le nombre de pièces. Mais si vous brûlez votre coton (c’est facile avec le réservoir métal opaque), vous allez être obligé de sortir la seringue. C’est un concept quelque peu obsolète. D’autre part, on peut regretter le(s) drip-tip propriétaire(s). D’autant qu’il sont vraiment tout petits ; les amateurs de drip-tip longs en seront pour leurs frais.

A part cela, il fait très bien son boulot. La vape est douce et onctueuse. Le principe du plateau assure une très bonne alimentation en liquide. Tellement bonne qu’il vous faudra mettre suffisamment de coton car le coil est vite saturé. En tout cas, ce dotMTL est très agréable et, pour le coup, vraiment versatile. Je n’ai noté aucune fuite de liquide, ce qui est vraiment un plus.

La bague d’airflow fait très bien son boulot et, malgré une finition lisse, s’avère très facile à tourner.

On peut aussi apprécier l’accastillage livré dans le coffret et qui permet de personnaliser son atomiseur à sa guise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.