Le Drag X de Voopoo au banc d’essai

0
248
La gamme de coloris du Drag X

En ce moment, le constructeur Voopoo fait parler de lui. Il faut dire que sa gamme de modèles à pods fait sensation. Aujourd’hui, nous allons regarder de plus près son fer de lance : le Drag X 80W

Un modèle à pod remplace l'atomiseur habituel par une cartouche amovible
Système à cartouche

Généralités

Tout d’abord, le Drag X 80W, c’est un modèle à pod ; c’est à dire que l’atomiseur est remplacé par une sorte de cartouche. Alors, il ne s’agit pas là d’une cartouche scellée, comme on trouve chez nos « potes » les cigarettiers. Non, là, c’est une cartouche dans laquelle on peut changer sa résistance et, bien sûr, remplir le réservoir. Vous allez me dire : « mais pour quoi faire » ? Et bien, c’est simple… Non, voilà, c’est ça le terme : c’est simple. Le pod de la Drag X 80W s’enclenche dans un logement aimanté. C’est même ultra-simple et pratique. Même pas besoin de dévisser sont atomiseur pour remplir le réservoir ou changer la résistance. Le Drag X vient en concurrence direct de la gamme Target de Vaporesso. Et franchement, c’est top à l’usage. Vous allez voir, tout est à l’avenant.

Le pod Drag X

Le pod se remplit par le dessous. L'étancheité est assurée par une languette de silicone
Remplissage du pod

Une fois que l’on a ôté le pod, on peut le remplir : il suffit de tirer la petite languette en silicone située sous le pod pour ouvrir le réservoir, glou-glou-glou, terminé. La résistance ? Vous tirez dessus (elle est maintenue par ses joints), poubelle (recyclage en fait hein ?), nouvelle résistance, on la pousse dans son logement, terminé. Je vous avais dit que c’était un jeu d’enfant. Mais ce n’est pas fini.

L’airflow

L'airflow se manipule d'un doigt à l'aide de l'ergot dédié à cet effet
Système d’airflow

Pour l’airflow, là aussi, c’est du tout cuit. Vous voyez le petit ergot qui dépasse de la batterie, sous le pod ? Voilà. Vous poussez avec l’index dans un sens ou dans l’autre et ça gère le flux d’air. De base, le Drag X est plutôt prévu pour une vape assez ouverte et gros nuages. On le voit avec l’embouchure buccale du pod. Certains diront : « oui mais, et le tirage MTL alors ? ». Z’inquiétez pas, Voopoo a déjà prévu plusieurs types de pods. Un de 4,5ml, un de 2ml (TPD compatible), un pod MTL avec un drip-tip bien plus fin et même un pod reconstructible. En fait, il y en a pour tous les goûts. Après, nous n’avons pas encore eu le pod MTL en main pour vérifier comment il se comporte avec l’airflow. Mais bon, le tirage serré est prévu.

L’écran du Drag X

Le Drag X 80W est muni d’un grand écran en couleur bien lisible et net. Sous l’écran, le chipset. Alors, on reste dans la simplicité. Vous disposez de deux modes de fonctionnement : SMART et RBA. Le mode SMART, comme son nom l’indique, c’est le mode intelligent. Lorsque vous utilisez les résistances PnP (Plug And Play) du constructeur, le Drag X limite la puissance au maximum de ce que peut accepter votre résistance. C’est malin et ça évite les mauvaises manips. Sinon, vous pouvez régler votre puissance à votre guise. Simplement, si la résistance dit 40W maxi, la Drag X s’arrêtera à 40W. En mode RBA, c’est open bar, vous pouvez cramer vos résistances si vous voulez et monter à 80W.

Analyse de consommation

Voopoo a également décidé de s’occuper de votre vape quotidienne. Vous disposez ainsi d’un compteur de puffs avec un écran de stats sur 14j. Appuyez simultanément sur « + » et « – » et vous avez un tableau avec le nombre de bouffées quotidiennes en haut et un joli graphique en bas. Je me demande si quelqu’un utilisera cette fonction, mais bon, c’est là.

Alimentation

Le Drag X est alimenté par un accu amovible au format 18650
L’accu amovible

Le modèle Drag X est une batterie à accu amovible contrairement à son petit frère, le Drag S. Comme toujours, la batterie est un peu plus longue qu’avec un accu intégré, mais le fait de pouvoir, à la fois charger son accu dans un chargeur dédié (toujours largement préférable) et à la fois changer l’accu lorsqu’il a rendu l’âme, c’est un vrai plus. Sinon, vous pouvez recharger l’accu dans la Drag X ; un port USB Type C (ah, ça c’est bien) est prévu à cet effet.

Les finitions du Drag X

Concernant la finition, il faut reconnaître que Voopoo a mis les petits plats dans les grands. Le châssis est en alliage de zinc avec une chouette peinture mate et le dos est en cuir véritable gravé et surpiqué. Tout cela avec 7 finitions différentes.

Conclusion

Pas grand-chose à reprocher à ce Drag X. On comprend le pourquoi de son succès. Et force est de constater que ce joujou marche vraiment très bien. Aucune fuite à noter à part un poil de condensation sous le pod, mais rien de méchant (ne pas oublier une petite purge par jour, c’est toujours souhaitable). Sans être une sommité du genre, le Drag X restitue bien les saveurs. La vapeur est bien dense et savoureuse. Un sans-fautes ? Franchement, on n’est pas loin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.