Pour une cigarette electronique libre : Nous avons besoin de vous !

Une pensée rationnelle sur la e cigarette

Clive Bates, ex-directeur de l’ASH

Ecig R&D, est engagé depuis plusieurs mois dans la défense de la cigarette electronique en vous faisant découvrir les dernière publications scientifiques, les interviews de médecins, les articles, les études, les sondages et les avis des vapoteurs débutants ou confirmés. Nous avons aussi publiés récemment, la nouvelle directive européenne sur les produits du tabac ainsi que la constitution par le Pr Dautzenberg d’une équipe d’expert chargé de préparer un rapport. Ce rapport, soutenu par la direction générale de la santé (DGS) sur proposition de l’OFT, fera « un état des lieux en France et dans d’autres pays » et formulera « des recommandations par rapport à la nouvelle directive européenne sur les produits du tabac ». Nous nous inquiétons formellement du contenu de ce rapport au vu des experts engagés dans cette mission aussi, comme annoncé il y a quelques semaines, la communauté des vapoteurs s’organise. La création de la Communauté des Acteurs de la Cigarette Electronique (CACE) et l’Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Electronique (AIDUCE) est une excellente nouvelle pour tout vapoteur un tant soit peu engagé qui souhaite participer à la protection de l’usage de la cigarette électronique en France.

Cette action, qui invite les citoyens européens à communiquer avec leur représentant politique pour faire valoir leurs droits de vapoteur, a été initiée par Clive Bates, ancien directeur de l’association ASH UK (Action on Smoking and Health), l’une des principales association de lutte contre le tabagisme au Royaume-uni.

 

Agir pour une cigarette electronique libre en Europe

E cig libre en Europe

E cig libre en Europe

Le projet de révision de la Directive sur le tabac adopté par le Collège des Commissaires Européens et présenté le 19 décembre 2012 envisage d’interdire la libre commercialisation des e-liquides contenant de la nicotine au delà d’un conditionnement de 2 ml et d’une concentration en nicotine supérieure à 0,4 %. Plus généralement le projet comprend des mesures qui vont, pour les fumeurs, rendre difficile voire impossible l’accès à des produits contenant de la nicotine considérés comme moins dangereux pour la santé. Ceci instituerait une réglementation qui va causer plus de morts et de maladies et il convient donc de la contester. Que faire ?

Le projet entre en discussion au Parlement Européen et le moment est venu que chacun d’entre nous agisse pour défendre la cigarette electronique contre les tentatives de Lobbying  par l’industrie pharmaceutique. Ce dossier vous procure quelques conseils.

 

Nous sommes des centaines de milliers de citoyens à avoir déjà fait le choix de la cigarette electronique pour réduire ou cesser le tabagisme et notre parole compte.

la révolte des vapoteurs

la révolte des vapoteurs

Adopté en masse par des millions de fumeurs dans le monde et considéré par l’ensemble des scientifiques comme extrêmement moins dangereux que fumer du tabac, le vapotage offre l’une des plus importantes possibilités de réduction des risques liés au tabagisme.

Aujourd’hui les e-liquides dont les taux de nicotine respectent la réglementation de l’agence de sécurité du médicament française sont considérés comme des produit de consommation courante (maximum de 2 % de nicotine dans les liquides de vaporisation et quantité maximale de 10 mg par réservoir). Cette réglementation de mai 2011 a permis d’incroyables bénéfices en termes de santé publique : il est estimé que 500 000 fumeurs ont déjà expérimenté le vapotage en France.

 

La Commission Européenne propose de réglementer la cigarette electronique comme un médicament

la cigarette electronique comme un médicament

la cigarette electronique comme un médicament

Les e-liquides tirent leur efficacité dans la cessation ou la réduction du tabagisme grâce à des taux en nicotine variant, en France, entre 0 et 2 % (20 mg/ml). La large disponibilité de ces produits, leur variété, l’enthousiasme et l’engagement communautaire ainsi que l’auto-régulation des fabricants et des distributeurs ont fait de la cigarette electronique une alternative plus saine aux cigarettes de tabac.

Le projet prévoit que les e-liquides devront faire l’objet d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) à des seuils de nicotine de beaucoup inférieurs aux pratiques actuelles. Une telle procédure d’homologation auprès des agences de santé ne sera accessible qu’aux industriels du médicament, qui acquéreront ainsi le monopole de la vente. Nous ne sommes pas contre la mise en place d’étude mais nous interrogeons sur leur financement. En effet, depuis plusieurs années, les recherches autour du tabac ou des produits dérivés sont démobilisés par manque de moyen institutionnel.

Protégeons ensemble la liberté de vapoter

La liberté guidant le peuple

La Commission Européenne propose de marginaliser la libre commercialisation des e-liquides tels que nous les consommons aujourd’hui.  Elle propose d’abaisser les seuils de nicotine nécessitant une homologation à 0,4 % et 2 mg par conditionnement (soit moins que dans une cigarette) : cela revient à anéantir un marché et à pousser les vapoteurs vers la reprise du tabagisme.

Si vous êtes sensibilisé à cette problématique, si vous pensez que les possibilités de réduction du risque pour les fumeurs représentent une chance pour la santé publique, alors nous vous invitons à agir pour le droit à protéger notre santé. Si vous êtes fumeur ou vapoteur, si vous avez dans votre entourage des personnes qui fument, ou encore si les conséquences du tabagisme passif sur la santé vous concernent, faites connaître votre opinion et vos propositions.

Écrivez une lettre de témoignage

Lettre ouverte à mon député

Comme expliqué précédemment, des actions collectives sont en cours à l’heure actuelle en France et un peu partout en Europe. Vous pouvez individuellement faire entendre votre voix auprès d’un député européen. Même si cette initiative sera perçue comme un peu lourde par certains, écrire est d’une grande importance car cela montre que vous êtes impliqué. Vous pouvez opter d’alerter le député qui sera le plus proche de vous, politiquement ou géographiquement, afin de lui adresser votre requête. Nous avons tenté de vous simplifier le travail en vous indiquant la liste des onze parlementaires français membres de la commission ENVI (Environnement, santé publique et sécurité alimentaire) qui vont en priorité examiner le projet de révision.

Choisissez votre député

Voici la liste des membres français de la commission ENVI :

Nom Circonscription Parti Email Twitter Adresse Postale
Philippe Juvin Ile-de-France UMP Email Twitter Parlement européen Rue Wiertz Altiero Spinelli 13E218 B-1047 Bruxelles
Philippe de Villiers Ouest MPF Email Parlement européen Rue Wiertz Altiero Spinelli 07H154 B-1047 Bruxelles
Corinne Lepage Nord-Ouest Cap21 Email Twitter Parlement européen Rue Wiertz Altiero Spinelli 09G153 B-1047 Bruxelles
Gilles Pargneaux Nord-Ouest PS Email Twitter Parlement européen Rue Wiertz Altiero Spinelli 14G217 B-1047 Bruxelles
Sophie Auconie Massif central-Centre NC Email Twitter Parlement européen Rue Wiertz Altiero Spinelli 14E154 B-1047 Bruxelles
Sandrine Bélier Est EE Email Twitter Parlement européen Rue Wiertz Altiero Spinelli 08G317 B-1047 Bruxelles
Yves Cochet Hors circonscription EE Email Twitter Parlement européen Rue Wiertz Altiero Spinelli 08G218 B-1047 Bruxelles
Françoise Grossetète Sud-Est UMP Email Parlement européen Rue Wiertz Altiero Spinelli 13E246 B-1047 Bruxelles
Christine De Veyrac Sud-ouest UDI Email Twitter Parlement européen Rue Wiertz Altiero Spinelli 13E210 B-1047 Bruxelles
Gaston Franco Sud-Est UMP Email Twitter Parlement européen Rue Wiertz Altiero Spinelli 13E146 B-1047 Bruxelles
Michèle Rivasi Sud-Est EE Email Twitter Parlement européen Rue Wiertz Altiero Spinelli 08G309 B-1047 Bruxelles

La voie postale est à privilégier car elle laisse une trace et aura plus d’impact qu’un simple message electronique. Vous pouvez aussi procéder à l’envoi d’un courriel, le risque étant que celui-ci soit classé un peu trop rapidement…

Voici quelques conseils de rédaction et de structure pour votre courrier. Vous trouverez ensuite quelques éléments pour faire également entendre votre voix sur Twitter ou via Facebook.

Comment organiser votre courrier ?

Présentez-vous en indiquant vos coordonnées et exposez votre situation personnelle. Gardez en tête que votre député ne connait peut être pas la cigarette electronique : n’hésitez donc pas à expliquer de quoi il s’agit et quelle place cela a pris dans votre vie.

  1. Expliquez en quoi le projet de Directive sur le tabac vous pose problème en tant qu’utilisateur ou défenseur de la cigarette electronique.
  2. Formulez la problématique sous forme de question : voterez-vous pour ou contre cette révision de la Directive Tabac ?
  3. Votre réponse est NON, en l’état il faut voter contre.
  4. Expliquez ce qui selon vous, serait le plus favorable à la santé des fumeurs en France, en listant vos arguments et en les développant.
  5. Invitez éventuellement votre député à vous contacter s’il le souhaite et terminez votre courrier par une formule de politesse adéquate.

 

Conseils de rédaction

  • Soyez correct et poli, ne faites pas d’accusation gratuite ou ne remettez pas en cause les motivations politiques de votre député. La plupart des hommes politiques souhaitent faire correctement leur travail.
  • Soyez convaincant, bien que votre député puisse être ouvert d’esprit, il se peut qu’il soit nécessaire de le convaincre. N’omettez aucune de vos idées et développez les.
  • Soyez authentique, exprimez votre point de vue personnel, avec vos propres mots. Ne tentez pas de représenter un groupe ou un mouvement, il s’agit ici de votre opinion personnelle. C’est votre histoire qui est importante pour susciter l’émotion.
  • Soyez concis, ne vous éparpillez pas, ne divergez pas sur d’autres sujets connexes ou différents. N’écrivez pas trop. Deux pages maximum suffisent (environ 800 mots).
  • Enfin évitez de citer des marques, cela pourrait amoindrir votre crédibilité.
  • Quelle que soit la méthode de communication que vous choisissez, restez toujours poli et structurez bien votre message ; il ne s’agit pas de crier, mais d’argumenter formellement une suggestion.

Agir via les réseaux sociaux

En plus de l’envoi d’un courrier, vous pouvez également faire entendre votre voix sur les réseaux sociaux. Nous vous invitons à partager votre contribution sur le web. Après occultation éventuelle de données personnelles, postez votre courrier sous le topic « Agir pour une ecig libre en Europe » de votre forum préféré ou d’un des sites ayant relayé cette initiative.

Vous pouvez aussi signer la pétition de l’AIDUCE ici : http://www.aiduce.fr/petition/ 

« il y a pire que la haine, il y a l’indifférence » Stéphane Hessel

Bannière pour la cigarette electronique en Europe

Bannière pour la cigarette electronique en Europe

Avec Twitter, ajoutez le hashtag #ecigeurope à la fin de vos messages : cela permettra de rassembler votre protestation sur le réseau à celles des autres contributeurs. Vous pouvez également écrire sur le mur Facebook de votre député en suivant les mêmes recommandations d’écriture que celles données pour le courrier postal : préciser alors votre identité et votre code postal.

Enfin, n’hésitez pas à partager cette page pour sensibiliser votre entourage sur cette problématique de santé publique et augmenter sa visibilité sur les réseaux.

Le temps presse !

Une dernière recommandation : la Commission du Parlement Européen chargée d’étudier le projet de la Commission commence ses travaux dès le 25 février 2013. Ne tardez donc pas à prendre votre plus belle plume !

 

Si vous vous associez à ce projet, partagez cette page sur votre page Facebook ou Google +.

 

Publié dans Santé Tagués avec : , , , , ,
9 commentaires sur “Pour une cigarette electronique libre : Nous avons besoin de vous !
  1. Tous à vos plumes !
    Mettez-y tout votre cœur, mais attention au langage, il ne faut pas déservir la cause en étant inutilement agressif. Je m’y mets aussi!

    • Laure dit :

      Je viens juste de commencer a vapoter alors ca tomberait mal si je devais déjà retourner au tabac ! Heureusement la commission européenne a abandonne le projet de loi qui limiterait la dose maximale de nicotine en consommation courante a 4mg/ml, c’est déjà ca !

  2. bertomeu dit :

    C’est fait, si vous ne publiez pas je vous envoie pour info le texte envoyé à un ami député

  3. MINIER dit :

    j ai trouvé cette pétition, ne serait il pas utile d en faire une identique pour la france (adressée aux deputés ou à un niveau superieur, je n y connais rien), en tous cas je vous invite tout du moins à signer celle ci !

    • Nicolas dit :

      Les pétitions sont des outils démocratiques qui ont montrés leur limites. Nous avons préférés agir selon les institutions de notre pays qui garanti à chaque citoyen, la possibilité de demander à son député le vote qu’il va choisir et qui va l’engager. l’article donne le moyen de joindre son député pour lui envoyer une lettre. Cela demande plus d’investissement qu’une simple pétition mais a surement participé activement à la médiatisation que vous observez dernièrement sur la e-cig car la lettre au député a été relayée par de nombreux sites et page facebook depuis Un mois.

  4. Véronique dit :

    Les pétitions c’est bien mais c’est par les études scientifiques que les choses changeront. Si les consommateurs de cannabis faisaient une pétition avec de très nombreuses signatures, le gouvernement ne l’autoriserait pas forcément en vente. La vrai question, c’est la santé sur ce point. Je viens de lire que d’après une étude de chercheurs de Nouvelles Zélandes la cigarette électronique serait plus efficace pour arrêter de fumer que les patchs. C’est à mon avis ce genre d’argument qui fait mouche. Pour ceux qui veulent voir ces travaux : étude cigarette électronique/ patch.
    Espérons juste que l’accumulation des études feront le poids dans la balance…

  5. cigarette electronique dit :

    Il faut défendre les droits des consommateurs de cigarettes électroniques. Je comprend aisément qu’une réglementation soit mise en place car la nicotine est loin d’être un produit anodin et peut même s’avérer mortelle. Mais ce n’est pas le seul produit autorisé à la vente qui présente un danger mortel. Différents acides sont proposés en grande surface et sont encore plus dangereux que les flacons de e-liquide. C’est à la charge du consommateur de ne pas l’avaler et de le tenir hors de la portée des enfants pour qui cela représente un danger encore plus grand. Les dispositifs mis en place par les fabricants de e-liquide vont en ce sens comme l’étiquetage préventif, les bouchons sécurisés…

  6. Sophie dit :

    La France se bat pour une cigarette libre et a bien raison ! Si cette nouvelle technologie est réellement moins novice que le tabac alors il est normal que les fumeurs puissent y avoir accès, si cela peut sauver des vies tout en faisait des économies a l’État, certes il y aura moins d’argent qui rentrera car moins de tabac sera vendu mais beaucoup moins d’argent sera dépensé par la Sécu pour soigner les maladies lies au tabac et dieu sait qu’elles sont nombreuses. La cigarette électronique est une alliée de poids pour la Sécurité Sociale !

  7. Jin Hoang dit :

    en 2013 ce chiffre a etteint 1M de consomateurs en France. Bon travail. Je vous soutiens

2 Pings/Trackback pour "Pour une cigarette electronique libre : Nous avons besoin de vous !"
  1. […] On retrouve dans cet article un rappel de tous les rapports déjà publiés par le site de recherche sur la cigarette électronique, on y parle également du futur rapport qui va être publié par une équipe d’experts sur les effets de la cigarette électronique. Ce rapport devrait permettre de statuer sur la cigarette électronique, quelle réglementation et quel statut seront imposés à cette dernière. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*