tests cigarettes electroniques et batteries 18650

L’interprétation des mesures ci-dessous nécessite de maîtriser certaines notions en électricité et de connaitre le fonctionnement des cigarettes electroniques.

Ces explications peuvent paraitre rébarbatives mais elles sont nécessaires pour bien appréhender les résultats de ce test.

Le test d’un accumulateur se fait par une décharge à courant constant.

cigarettes électroniques 18650

mods cigarettes electroniques

Au cours de cette décharge, la tension de l’accumulateur décroît, d’abord lentement, puis très rapidement peu avant que la tension minimale soit atteinte, un peu comme un coureur de fond qui finirait une course d’endurance en sprintant.

La capacité est la grandeur servant habituellement pour quantifier les performances des accumulateurs. Exprimée en Ah (ampère.heure) ou en mAh (milliampère.heure), cette valeur correspond à la durée de la décharge multipliée par le courant. Elle ne dépend guère du courant de décharge car ce dernier, en augmentant, a surtout pour effet de réduire la tension, ce qui « abaisse » les courbes ci-dessous et la plupart du temps, seule la dernière phase de la décharge, celle très courte où la tension chute très rapidement, se retrouve tronquée.

L’influence de ces valeurs sur les performances d’une cigarette electronique dépend du type de régulation

  • Les régulations « plates », qui maintiennent une puissance de chauffe constante, indépendamment de la décharge de l’accumulateur. L’énergie de l’accumulateur, qui correspond à la surface délimitée par les courbes ci-dessous, n’influe que sur l’autonomie de la cigarette électronique.
  • Les régulations partielles, où la puissance de chauffe décroît plus ou moins progressivement.
    • La puissance que peut débiter l’accumulateur détermine la puissance de la cigarette electronique.
    • La vitesse à laquelle chute la puissance de l’accumulateur détermine celle à laquelle chute celle de la cigarette electronique, et donc la qualité de sa régulation (dont le but reste de maintenir une puissance aussi constante que possible).
    • La capacité, qui correspond à la durée de la décharge, peut influer sur l’autonomie.

La capacité n’est donc basée que sur le courant alors que ce qui influe sur la puissance, la régulation et l’autonomie d’une cigarette electronique n’est pas seulement le courant mais aussi la tension produite par l’accumulateur au cours de la décharge, et cette tension dépend beaucoup du courant ainsi que des performances de l’accumulateur.

Ce qui importe est donc la puissance, qui correspond au produit tension x courant, ainsi que l’énergie qui correspond au produit puissance x durée.

Avant toute chose, il faut savoir que pratiquement aucune cigarette electronique ne sollicite plus de 3A d’un accumulateur. Les tests effectués à 4A ou 5A vont donc au-delà d’une utilisation normale.

Xtar

Le test des Xtar est intéressant car il s’agit de Sanyo munis d’une protection. Il montre donc l’influence que peut avoir une protection sur les performances d’un accumulateur.

En l’occurrence, cette protection accroît leur résistance interne qui fait chuter leurs performances à des courants élevés, mais ça ne porte cependant pas à conséquence jusqu’à 3A.

Ces accumulateurs sont globalement performants, mais leur longueur démesurée limite leur compatibilité aux cigarettes electroniques les plus tolérantes.

L’origine des soubresauts de la tension du #1 au cours des tests reste mystérieuse (faux contact interne? problème thermique? …).

Sanyo

Les Sanyo semblent avoir la résistance interne la plus faible, vraisemblablement grâce à leur absence de protection.

Leur capacité est bonne tout comme leurs performances générales.

Leur longueur est particulièrement réduite, au point de nécessiter l’ajout d’un aimant pour les rendre compatibles avec certaines cigarettes electroniques.

Il faut aussi prendre garde à ne les utiliser que dans les cigarettes electroniques munies d’un dispositif de protection, ce qui est loin d’être systématique.

Redilast

Les Redilast sont déclinés en trois versions (et même quatre mais la 2200 ne présente que peu d’intérêt).

Il s’agit en fait de Panasonic munis d’une protection.

Le 2900 et le 3100 sont très similaires, autant par les performances que les dimensions.

Ils procurent une grande autonomie, mais le 2600 procure une meilleure régulation dans le sens où sa puissance décroît moins vite.

En outre, la longueur plus raisonnable du 2600 pose moins de problèmes de compatibilité et il encaisse mieux les forts courants que le Xtar bien qu’il soit protégé lui aussi.

Peut-être que les Panasonic sont encore plus performants que les Sanyo, mais ce test montre surtout que toutes les protections ne se valent pas et que celle des Redilast est parmi les plus performantes.

Les 2900 et 3100 reviennent nettement plus cher que le 2600 à capacité ou énergie égale. Ils ne sont donc intéressants que lorsque l’autonomie doit primer sur tout le reste (le prix, la régulation, la compatibilité,…).

Le 2600 reste le meilleur compromis entre l’autonomie, l’aptitude à gérer de fortes puissances, la compatibilité et le prix.

A noter que ce test a révélé que la protection des Redilast n’est pas seulement électrique, mais aussi thermique puisqu’elle se déclenche en cas de surchauffe. C’est une sécurité supplémentaire appréciable.

Panasonic

Les Panasonic 3100 protégés sont basés sur les mêmes 18650 Panasonic de 3100 mAh que les Redilast.

Leur circuit de protection semble moins performant que celui des Redilast, d’où une résistance interne légèrement supérieure à celle des Redilast qui se remarque surtout à partir de 4A, mais ils demeurent globalement parmi les plus performants.

Leur prix particulièrement réduit leur assure un des meilleurs rapports performances/prix, notamment par rapport à leur capacité.

Ils ont cependant un défaut de taille: une longueur particulièrement importante qui peut poser des problèmes de compatibilité dans les cigarettes electroniques peu tolérantes à ce niveau.

Les Panasonic 3400, les plus récents, sont aussi les plus performants en terme de capacité, tout en ayant une résistance interne réduite qui leur permet de débiter de très fortes puissances sans perte notable de capacité ni même d’énergie.

A priori, il n’existe pas encore de version protégée. Cette version non protégée est nettement plus courte que les 18650 protégés, ce qui, en plus de leur borne positive plate, qui peut poser des problèmes de compatibilité dans certaines cigarettes electroniques. Ce problème peut cependant facilement se résoudre par l’ajout d’un petit aimant sur la borne positive.

Leur prix raisonnable leur assure un excellent rapport performances/prix, mais ils sont pour l’instant difficiles à trouver.

Trustfire

Les Trustfire 2400 sont sans conteste les moins performants de ce test.

Leur capacité limitée et leur résistance interne assez élevée les rendent inaptes à débiter de fortes puissances.

Certains exemplaires, comme le #3 de ce test, sont même limités à un courant inférieur à 3A, ce qui les rend incompatibles avec les cigarettes electroniques les plus puissantes.

Leur prix est à la hauteur de leurs performances: remarquablement bas. Leur longueur est plus que raisonnable pour des 18650 protégés.

Les Trustfire 3000 sont une agréable surprise car malgré leur prix relativement bas, ils sont presque aussi performants que les Redilast 2600.

Même si leur capacité n’est pas de 3000 mAh comme annoncée, elle reste celle d’un bon 2600 mAh avec une faible résistance interne qui lui permet d’encaisser de forts courants.

Ils ne commencent en effet à montrer des signes de faiblesse qu’à partir de 4A, soit au-delà d’une utilisation normale, aucune cigarette electronique de série ne sollicitant normalement plus de 3A.

Cela en fait un des 18650 bon marché les plus adaptés aux cigarettes electroniques puissantes.

Sa longueur est assez conséquente puisque située entre celle du Redilast 2600 et celle des Redilast 2900 et 3100, mais elle reste raisonnable et ne devrait pas poser de réels problèmes de compatibilité.

Publié dans Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*