Test : Box Skystar de chez Aspire

0
333

Dans la valse des produits venant d’extrême-orient, on voit de plus en plus d’écrans tactiles arriver sur le marché. Il y avait bien eu quelques tentatives chez Joyetech et Tesla il y a 12/18 mois ; mais sans grand succès. Il faut dire que les box étaient très lourdes. Asmodus a concrétisé l’histoire avec sa Minikin V2 qui, elle, fut (et est toujours) un beau succès. Aujourd’hui, nous allons regarder de plus près la Skystar de Aspire, une box moderne, double accus, puissante et complète. La Skystar est vendue séparément ou en kit avec le Revvo.

Design

On peut dire qu’Aspire a soigné le look de sa box. Toute en courbes et rondeurs, la Skystar sort un peu du lot habituel des box plus ou moins réussies sur le plan esthétique. On aime ou pas, mais ce design assez original rappelle celui de l’électroménager des années 50/60. La box en blanc me fait furieusement penser à un vieux Frigidaire des 60’s. Mais ça n’engage que moi. Pour ne rien dépareiller, le plot 510 a été placé au centre. Le châssis est en acier chromé avec des flancs en plastiques de différentes peintures. Cela va du blanc au bois en passant pas le camouflage bleu. Il y en a pour tous les goûts. Sur l’un des flancs, on trouvera une section comprenant l’écran et le bouton « Fire » ; au demeurant, très intégré et affleurant à l’écran. Vu de loin, on croirait la box dépourvue de boutons. C’est très propre. Sous l’écran, on trouvera le port Micro-USB habituel. Il n’y a donc qu’un seul bouton. C’est l’avantage des écrans tactiles. De l’autre côté de la box se trouve la trappe à accus, exactement de la même forme que le côté écran. Celle-ci est maintenue par deux aimants et se retire grâce à une encoche située en bas de la trappe.

Du très classique mais efficace et facile à manipuler sauf si on se ronge les ongles. Sur un autre plan, il faut saluer l’effort d’Aspire sur le poids de la box. Pour une double accus, elle est remarquablement légère. Bon, c’est vrai, les flancs sont en plastique. Ceci expliquant, en partie, sans doute cela.

Chipset

Alors, qu’a dans le ventre cette Skystar ? D’abord, une confortable puissance de 210W. Ensuite, il faut bien reconnaître que cette box est très très complète. Tout d’abord, on a cet écran tactile. Toutes les commandes vont donc s’effectuer en glissant ou tapant sur l’écran (avec les doigts, pas avec un marteau hein ?) . Celui-ci n’est pas très grand (30mmx15mm), mais l’affichage est tout de même bien lisible grâce à des polices de caractères bien dimensionnées.

Partant du mode puissance, l’écran principal affiche :

  • Mode de chauffe (W)
  • Puissance accolée à la valeur de pre-heat
  • Résistance/Intensité et durée de puff autour d’un même symbole
  • Tension
  • Charge de chaque batterie

Pour les autres modes de chauffe, cela se présente comme ça :

Voltage :

  • Mode de chauffe (V)
  • Tension
  • Résistance/Intensité et durée de puff autour d’un même symbole
  • Puissance
  • Charge de chaque batterie

Bypass :

  • Mode de chauffe (B)
  • Tension
  • Résistance/Intensité et durée de puff autour d’un même symbole
  • Puissance
  • Charge de chaque batterie

TCR :

  • Mode de chauffe (Ni, Ti, SS, M1, M2, M3))
  • Température
  • Résistance/Intensité et durée de puff autour d’un même symbole
  • Puissance
  • Charge de chaque batterie

CPS :

  • Mode de chauffe (C1, C2, C3)
  • Courbe de chauffe en mode graphique
  • Résistance/Intensité et durée de puff autour d’un même symbole
  • Puissance
  • Charge de chaque batterie

Toutes les informations importantes sont regroupées sur l’écran principal. Bon point.

En premier lieu, il y a trois commandes :

  1. Double-glissé vers le haut : réglages de base
  2. Double-glissé vers le bas : menus de paramétrage. C’est là que l’on va détailler ce que la bête a dans le ventre.
  3. Simple glissé vers la droite ou la gauche permet de remonter les menus d’un niveau.

Pour les réglages de base, donc deux glissés vers le haut et hop :

  • En mode puissance : puissance et preheat
  • En mode tension : juste la tension
  • En mode Bypass : rien …. Bah oui, on est en bypass quoi ….
  • En mode TC : température et verrouillage de la résistance. Ah oui, le verrouillage est d’une simplicité biblique. Un tap a coté de la valeur de résistance, est c’est verrouillé.
  • En mode CPS : en fait, on retrouve exactement le menu disponible dans les options de la box que nous détaillerons plus bas. En gros, tous les paramètres des modes « curve ».

Premier menu : réglage du mode. Pas moins de cinq sont au rendez-vous.

  • Watt
  • Voltage
  • Bypass
  • TC
  • CPS

Revenons en détail sur ces modes.

Mode Watt : c’est le mode puissance standard. Réglage de la puissance selon la résistance montée sur l’atomiseur.

Mode Voltage : autant dire que celui-ci se faisait rare. Et pourtant, je le trouve intéressant à plus d’un titre. A tension équivalente, selon la résistance, la puissance n’est pas la même.  On peut ainsi laisser la tension qui nous convient et la puissance s’adaptera selon la résistance. D’une façon générale, les tensions de fonctionnement d’une E-Cig se situent entre 3,3V et 4,8V.

Mode Bypass : honnêtement, je ne vois  pas vraiment à quoi sert cette option que l’on retrouve dans la plupart des box électroniques. Cela permet un fonctionnement sans régulation de tension. En gros, c’est un mod mécanique mais avec des protections. Mais c’est là. Soit …

Mode TC : c’est le mode de contrôle de température. Trois fils sont nativement reconnus : Ni200, Titane et Stainless Steel. Au-delà de ça, il y a aussi trois modes paramétrables et mémorisables (M1, M2 et M3).

Mode CPS : ici, il s’agit du mode curve, bien connu chez Asmodus ou Vaporesso. Trois modes curve sont paramétrables. Nous y reviendrons.

Deuxième menu : Data. C’est ici que nous allons entrer dans les paramètres spéciaux

Watt Preheat : c’est le menu de réglage du preheat. C’est à dire la fonction de « boost » en mode puissance variable. La box va apporter un bref surcroît de puissance qui sera utile avec les coils à forte inertie thermique. Trois niveaux sont disponibles : Soft, Normal et Hard, selon la préchauffe requise. Ces paramètres sont aussi accessibles directement avec le réglage de puissance vu plus haut.

TCR : ici, nous allons pouvoir régler les modes de contrôle de température. Dans la partie gauche du menu, on retrouve les trois fils préréglés. Ce que l’on peut régler à ce niveau, c’est la puissance de sortie de la box avec le fil choisi, et ce, sur chaque fil. Dans la partie droite, on trouve les réglages des mémoires en mode TC : M1, M2 et M3. Dans ces sous-menus, on règle également la puissance pour chaque mémoire, mais nous avons aussi le réglage de TC proprement dit. Alors, d’habitude, ce paramètre s’exprime avec un coefficient de chauffe. Par exemple : 102 pour l’acier 304L ou 620 pour le Ni200. Il s’agit, pour simplifier, du coefficient de changement de résistance selon la température. Sur la Skystar, ce paramètre ne se présente pas de cette façon. Ici, on a une valeur pour mille. J’avoue que c’est un peu déroutant et je ne comprends pas bien pourquoi Aspire à adopté ce mode de réglage. De ce que j’en comprends, un coefficient de 92 sera de 0,92 ‰ ou un de 620 sera de 6,20‰. J’ai donc essayé un coil en Inowire SS304L (dont le coefficient est de 102) au réglage de 1,02‰ et cela fonctionne. Bref, il faut le savoir.

CPS : Customizable Power Settings. Il s’agit en fait du mode « curve » de la Skystar. Là, je vais faire un parallèle avec la Minikin V2 qui avait introduit un mode « curve » réellement paramétrable. Sur la Minikin, le mode « curve » est sur cinq niveaux de réglages sur lesquels on modifie à la fois la puissance et la durée du palier. Sur la Skystar, les durées sont fixes, par paliers de 0,5s. On ne modifie que la puissance. En revanche, la Skystar propose vingt paliers de 0,5s. Rien que ça ! Bon … C’est bien, mais c’est plus long à paramétrer. Au final, cinq paliers avec durées réglables sont tout aussi efficaces et moins laborieux à régler que vingt à durée fixe.

Troisième menu : System. C’est ici que l’on règle les paramètres généraux de la box.

Vape Time : réglage de durée de puff. Cela va de 5s à 15s par paliers de 1s. Honnêtement, je trouve dommage de ne pas pouvoir descendre en dessous de 5s. La plupart des puffs sont en-deça de 3s.

Screen Time : réglage de temps d’affichage de l’écran de 5s à 120s

Watch Time : réglage du temps d’affichage de l’horloge. Lorsque le Screen Time est passé, la box passe en première veille avec l’affichage de l’horloge. C’est donc ce temps que l’on règle ici. Passé ce délai, l’écran s’éteint en mode veille standard.

Brightness : réglage de la luminosité de l’écran en pourcentage.

Quatrième menu : Time. C’est ici que l’on règle l’heure et la date de la box.

On a aussi la possibilité d’affichage de celle-ci en analogique ou numérique. Il y a aussi un mode off qui permet d’éteindre directement l’écran après le Screen Time écoulé, sans passer par l’horloge.


Pour finir, le verrouillage de la box s’effectue avec les cinq clics habituels. Il ne s’agit pas d’une extinction de la box, mais bien d’un verrouillage de l’utilisation. Une fois en mode lock, la box n’est plus utilisable, mais toujours allumée. Pour l »extinction complète, un appui long en mode verrouillé et dodo la Skystar.

OUF ! Rien que ça ! Effectivement, la Skystar est on peut plus complète. Chacun y trouvera son compte.

Utilisation

Allez, c’est parti. On monte un ato, et en avant la musique.

Pour être franc : qu’est-ce que ça marche bien ! La manipulation de l’écran est plutôt aisée bien qu’il ne faille pas faire ses double-glissés trop rapidement. Sinon, ça ne répond pas. A part ça, il n’y a pas grand chose à reprocher à cette box. On sent qu’Aspire à particulièrement soigné son chipset. L’affichage n’est pas très grand, mais très lisible. Je suis même surpris de l’efficacité du mode TC qui, chez certains concurrents, est un peu aléatoire, particulièrement sur les fils dont le coefficient de chauffe est plutôt bas ; comme l’acier inox par ex.

Encore une fois, le poids pour une box double accus est très raisonnable. Je prends pour comparaison l’une des premières box tactile : L’Ocular C de Joyetech, qui est un véritable tank à coté de la Skystar. Même au niveau des dimensions, la Skystar est on peut plus raisonnable.

L’affichage de la charge par le port USB est à l’avenant : très soigné. On y voit la charge par accu, l’intensité de charge ainsi qu’un chronomètre.

Conclusion

La Skystar, on ne va pas s’en cacher, est une très bonne surprise. Originale en esthétique, elle est très complète et plutôt légère pour une double accus. Rien ne manque pour ainsi dire. Tout a été pensé, et bien pensé. Pour le prix, honnêtement, pas d’hésitation. La Skystar est un must du moment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here