Test : dotRDA 24 et dotSquonk de chez dotMod

0
1492

dotMod arrive dans le monde du Bottom Feeder, pour le plus grand plaisir des aficionados du genre. Nous allons nous pencher sur la première box BF du constructeur californien, la dotSquonk, associée au dernier dripper en date : le dotRDA24. Il ne s’agit pas d’un kit, entendons-nous bien. Mais on peut tout de même souligner le fait que dotMod a prévu un appairage entre les deux éléments.

dotSquonk & dotRDA 24
dotSquonk et dotRDA 24 Noir & Or

dotMod est un fabricant américain basé à San Diego, en Californie. Alors fabricant … oui et non. Le matériel est conçu aux US mais fabriqué en Chine, d’où les prix relativement contenus. Pour autant, les chinois savent aussi faire du bon et beau, du moment que les standards de fabrication sont respectés. C’est le cas avec dotMod qui nous a toujours habitué à de très beaux objets, bien finis et de qualité. Pour les passionnés de vape, dotMod, c’est avant tout la série Petri, des mods méca et atomiseurs de très bonne facture et très appréciés.

La box dotSquonk

La box dotSquonk est tout d’abord un mod mécanique. Qu’on se le dise, et nous ne reviendront pas sur le sujet : soyez prudents avec vos montages vis à vis de ce que peuvent fournir vos accus en courant électrique.

Tout d’abord, il convient d’évoquer l’aspect esthétique de la bête. Avec une finition aluminium anodisé, cette box est de toute beauté ; d’autant que l’on a le choix entre quatre coloris : noir, or, rouge et bleu royal. Les angles ont été joliment arrondis de sorte que l’aspect extérieur a quelque chose d’organique et une série spéciale en « Tiffany Blue ». Même le switch a été finement travaillé avec des motifs dans le plus pur style dotMod. En tout cas, du point de vue esthétique, c’est très réussi et la réalisation est très fine.

Couleurs dotSquonk
dotSquonk – Coloris

A l’intérieur

La dotSquonk est une box simple accu. Elle a été prévue pour fonctionner avec les récents accus 20700, pour une meilleure autonomie, mais elle peut également accueillir une 18650 à l’aide d’un adaptateur fourni. Cet adaptateur est un tube de Plexiglas muni d’une base en laiton plaqué or également et qui ne dépareille pas de l’ensemble. On reste dans l’aspect classieux.

Le switch est plutôt original, avec une conception simple. Le bouton fire est monté sur ressort , un ressort assez dur au demeurant, ce qui pourrait s’expliquer par le fait qu’il ne possède pas de système de blocage. De ce fait, ce switch est plutôt ferme. Un peu trop à mon goût et avec une fâcheuse tendance au mauvais contact. Il faut appuyer un peu trop fort pour obtenir un bon contact. A moins que cela ne vienne du modèle testé. On aurait préféré un système de blocage interne avec un bouton plus souple. Derrière le switch, on trouve une pièce en peek, solidaire du ressort et isolant le bouton du contacteur du contact positif. Au bout de la pièce en peek, une pièce coulissante en laiton plaqué or vient faire contact avec le pin 510, lui-même isolé dans un conteneur en peek et maintenu par un circlip.

dotSquonk - Pin BF
dosSquonk – Switch

A l’autre extrémité de cette tige, un fil gainé est soudé et rejoint le plot positif de la batterie. Grâce à cet ensemble, nous avons un système très simple, avec un chemin de courant le plus direct possible. Et c’est vrai qu’une fois la box ouverte, l’intérieur est d’une sobriété exemplaire. Rien de superflu.

Puisque nous sommes en Bottom Feeder, un emplacement pour la bouteille de liquide (livrée) est prévu ; bouteille qui contient tout de même 10ml, et qui s’avère très facile à mettre en place sur le pin positif. A noter que dotMod a prévu des bouteilles de couleurs différentes selon la couleur d’ensemble de la box.

A l’extérieur

Le plot 510 est en laiton plaqué or ainsi que le pin positif BF, comme dotMod en a l’habitude ; on peut dire que le constructeur soigne son chemin de courant.

La plaque d’accès est maintenue par trois aimants suffisamment puissants pour la maintenir correctement. Bien évidemment, cette plaque est ajourée pour accéder à la bouteille de liquide. Une encoche sur le bord de la box est prévu pour ôter la plaque facilement.

En passant de l’autre côté de la box, on remarque un encoche identique au côté bouteille. Et en effet, on peut également ôter la plaque de ce côté. Tiens ! Mais pour quoi faire ?  En fait, si les deux plaques sont démontables, c’est parce que dotMod a prévu la possibilité de customiser sa box à l’aide de plaques d’autres coloris. Elles sont donc également vendues séparément.

Le dripper dotRDA24

Le dripper dotRDA24 a été conçu pour s’accorder avec la dotSquonk, et il faut bien reconnaître que l’ensemble forme un bien beau setup.

dotSquonk-dotRDA24 - Gold
dotSquonk & dotRDA 24 – Or

Vu de l’extérieur, ce dotRDA24 ressemble en tout point à son aîné le Petri V2. En revanche, à l’intérieur, c’est une toute autre affaire. Le poste de montage est radicalement différent et pour le moins innovant. Il s’agit d’un plot central unique à étages et actionné par une seule vis. La base du plot est fixe et solidaire de la cuve. Ca sera donc le contact négatif du montage. Ensuite, se succèdent plusieurs plateaux isolés par une plaque en peek. Ces plateaux servent donc de système de serrage du ou des fils résistifs. Le système est simple et autorise à peu près tous les fils, même les plus imposants.

dotRDA24 - Black - Open
dotRDA24 – Noir – Ouvert

Dès lors, puisque le plot de montage est central, on se demande comment on fait pour squonker. En fait, une vis de serrage percée est livrée avec le dripper, de sorte que le liquide est acheminé jusqu’en haut du plot et se déverse ensuite dans la cuve. Afin de faciliter l’écoulement, la dernière pièce du plot est bombée de toute part.

dotRDA24 - Squonk
dotRDA24 – Pin BF

La vis de serrage est mollettée pour permettre un serrage manuel. Cependant, si celui-ci ne suffit pas, dotMod a prévu une clé de serrage bien pratique et de toute beauté ; il faut voir comment elle a été travaillée. Une vrai oeuvre d’art !

dotRDA24 - Key
dotRDA24 – Clé

Deux vis de serrage sont livrées avec le dotRDA24 : une standard, et une percée pour le squonk.

En ce qui concerne l’airflow, on est sur du très classique. Deux ouvertures cyclope de part et d’autre du baril, et un top cap muni de trois encoches. Deux en regard l’une de l’autre pour une utilisation en double coil et une troisième pour l’utilisation en simple coil. Rien de très innovant, mais ça fonctionne. Ce que l’on peut en dire, c’est que nous sommes sur un tirage relativement restreint. Le dotRDA24 n’est pas un cloud maker et est plutôt orienté saveurs ; qu’on se le dise.

En tout cas, ce système est non seulement original mais aussi très esthétique. C’est du bel ouvrage et bien sûr, tous les contacts sont plaqué or, ce qui ne gâche rien.

A l’utilisation

Alors, tout cela est bien joli (au sens propre), mais à l’usage ? En ce qui concerne la box, aucun reproche particulier, si ce n’est ce switch un peu dur dont le contact n’est pas toujours très franc. C’est un peu agaçant, il faut bien le reconnaître. A part ça, il n’y a pas grand chose à dire. La conductivité est excellente et la finition très bonne. Cela dit, nous sommes sur du mod méca mono accu ; ce qui signifie qu’avec un montage en fil « évolué » de type clapton, on a toujours ce phénomène appelé « effet diesel ». C’est long à monter en température, même avec un accu à fort taux de décharge comme la LG HB6 que j’ai utilisé pour les tests. Sinon, la bouteille est bien souple et se révèle très efficace.

En ce qui concerne le dripper, on peut dire que le concept est original. En mode standard, ça reste un … dripper. Rien d’exceptionnel. Il fait bien le job avec une orientation saveurs et un rendu de vapeur assez doux. En mode BF, ma foi, ça marche fort bien, mais … car il y a un mais : attention à la façon dont on va squonker. Il faut y aller mollo, sinon ça va déborder par l’air flow, situé assez bas par rapport au bas de la cuve. Dommage. Avec un peu d’habitude, on comprend qu’il va falloir pomper par petites touches. Sinon, catastrophe ! On s’en met partout. Bourrin s’abstenir 🙂

Conclusion

Au final, nous avons un bien bel objet entre les mains. C’est indéniable. C’est fin, compact et léger au point où l’on se demande comment ça vieillit. La conductivité électrique est très bonne, et il est difficile de mieux faire à ce niveau. Seul reproche : le switch trop dur et pas franc au contact. L’utilisation en BF ne souffre pas de défaut majeur, si ce n’est la relative délicatesse à apporter avec le dotRDA24.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.