Le PHE met à jour son rapport de 2015 sur le vapotage

2
3682
Rapport PHE sur la vape
La vape est au moins 95% moins dangereuse que la fumée du tabac.
Enseigne PHE

En l’an de grâce 2015, le Public Health England sortit un rapport qui calma tous les détracteurs de la vape avec cette fameuse conclusion : la vape est 95% moins nocive que la tabac fumé. Le 6 février 2018, le PHE persiste et signe avec une mise à jour du rapport de 2015.

Qu’est-ce que le PHE ?

En tant que bon « froggy », on peut reprocher tout ce qu’on veut aux anglais, mais pas leur pragmatisme. Le PHE est une agence gouvernementale, l’équivalent de la Haute Autorité de Santé en France. Elle a pour but de :

  • Améliorer la santé publique et réduire les différences d’accès à la santé entre tous les groupes de population ; ceci en promouvant des modes de vie plus sains, en conseillant le gouvernement et en appuyant les mesures prises par les autorités locales, le NHS (National Health Service) et le public.
  • Protéger le pays contre les risques pour la santé publique
  • Se préparer et répondre aux urgences de santé publique
  • Améliorer la santé de l’ensemble de la population en partageant les informations et expertises puis identifier et préparer les futurs défis de santé publique
  • Aider les autorités locales et le NHS à planifier et fournir des services de santé et de protection sociale tels que des programmes de vaccination et de dépistage, et à développer le système de santé publique avec son personnel spécialisé
  • La recherche, la collecte et l’analyse de données pour améliorer la compréhension des problèmes de santé publique et trouver des réponses à ces problèmes

La mission est large et manifestement pas financée par des intérêts privés. Il n’y a donc pas de soupçon à avoir quant aux solutions proposées par le PHE.

Mise à jour du rapport de 2015

Le but :

Examiner les rapports d’études sur l’utilisation de la cigarette électronique chez les jeunes et les adultes, les habitudes du public, l’impact sur l’abandon du tabac, une mise à jour sur les risques pour la santé et le rôle de la nicotine. Il passe également en revue les produits du tabac chauffés.

Les principales conclusions suite à l’examen des preuves sont :

  1. Le vapotage ne représente qu’une petite fraction des risques du tabac fumé et le fait de basculer totalement au vapotage apporte des avantages substantiels pour la santé.
  2. Les cigarettes électroniques pourraient contribuer à au moins 20 000 nouveaux arrêts réussis par an et possiblement beaucoup plus.
  3. L’utilisation de la cigarette électronique est associée à une amélioration des taux de réussite au cours de la dernière année et à une baisse accélérée des taux de tabagisme à travers l’Angleterre
  4. Plusieurs milliers de fumeurs croient à tort que le vapotage est aussi nocif que fumer ; Pourtant, environ 40% des fumeurs n’ont même pas essayé une cigarette électronique
  5. il y a beaucoup de malentendus au sujet de la nicotine chez le public. Moins de 10% des adultes savent que la plupart des effets néfastes du tabagisme sur la santé ne sont pas causés par la nicotine
  6. L’utilisation des cigarettes électroniques au Royaume-Uni a plafonné au cours des dernières années à un peu moins de 3 millions
  7. Aucune donnée probante ne corrobore le fait que les cigarettes électroniques sont une passerelle vers le tabagisme chez les jeunes (les taux de tabagisme chez les jeunes au R.U. continuent de baisser, l’utilisation régulière est rare et est presque entièrement confinée à d’anciens fumeurs)

L’examen du PHE vient juste quelques semaines après un rapport du National Academies of Sciences, Engineering and Medicine des Etats-Unis sur les cigarettes électroniques. Leurs conclusions sur la sécurité de la cigarette électronique révèlent également que, d’après les données disponibles, les cigarettes électroniques semblent bien être beaucoup moins nocives que les cigarettes de tabac combustibles.

Commentaires :

Quelques uns des meilleurs scientifiques anglais ont commenté ce rapport.

Le professeur John Newton, directeur au département : amélioration de la santé au PHE a déclaré:

« Chaque minute, une personne fumeuse est admise à l’hôpital, avec environ 79 000 décès par an en Angleterre. »

« Notre nouvelle analyse renforce la conclusion selon laquelle le vapotage présente une fraction du risque de fumer ; au moins 95% moins nocif, et un risque négligeable pour l’entourage. Pourtant, plus de la moitié des fumeurs croient faussement que le vapotage est aussi nocif que le tabac ou ne le savent tout simplement pas. »

« Il serait tragique que des milliers de fumeurs qui pourraient cesser de fumer à l’aide d’une cigarette électronique soient renvoyés à cause de fausses craintes quant à leur sécurité. »

Le professeur Ann McNeill, auteur principal du rapport et professeur de Tabac Addiction au King’s College de Londres a déclaré:

« Il est très préoccupant que les fumeurs comprennent encore si mal les causes du tabagisme. Quand les gens fument des cigarettes de tabac, ils inhalent un mélange létal de 7 000 produits générés par la fumée, dont 70 sont connus pour être la cause de cancers. »

« Les gens fument pour la nicotine, mais contrairement à ce que la grande majorité croit, la nicotine cause peu ou pas de problèmes de santé. La fumée toxique est le coupable et est la cause majeure de toutes les maladies liées au tabac et à la mort. Il y a aujourd’hui, plus que jamais, une grande variété de moyens d’obtenir de la nicotine autres que le tabac fumé ; y compris les gommes à la nicotine, le spray nasal, les pastilles et les e-cigarettes. »

Le professeur Linda Bauld, auteure, professeur de politique de santé à l’Université de Stirling et présidente de la recherche comportementale pour la prévention du cancer, Cancer Research UK, a déclaré:

« Des inquiétudes ont été exprimées sur le fait que l’utilisation de la cigarette électronique conduirait les jeunes à fumer. Mais, au Royaume-Uni, la recherche montre clairement que l’utilisation régulière de cigarettes électroniques chez les jeunes n’ayant jamais fumé demeure négligeable (moins de 1%) et que le tabagisme chez les jeunes continue de diminuer à un rythme encourageant. Nous devons suivre de près ces tendances, mais jusqu’à présent, les données suggèrent que les cigarettes électroniques ne constituent pas une cause de tabagisme régulier chez les jeunes. »

En résumé, le PHE appelle les fumeurs et un certain nombre d’organismes à agir sur la base de ces preuves.

Les avis du PHE :

Pour les fumeurs :

Toute personne ayant déjà lutté pour arrêter de fumer devrait essayer de passer à une cigarette électronique et demander l’aide d’un professionnel. L’un des meilleurs moyens de sortir du tabagisme est de combiner l’utilisation d’une e-cigarette avec le soutien d’un service local d’aide à l’arrêt du tabac (Local Stop Smoking Services).

Pour les Services d’Aide à l’Arrêt du Tabac et les professionnels de santé :

Fournir un soutien comportemental aux fumeurs qui veulent cesser de fumer à l’aide d’une cigarette électronique. Un nouveau cours de formation sur les cigarettes électroniques destiné aux professionnels de la santé par le Centre national d’abandon du tabac et de formation est maintenant en ligne.

Pour l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) :

La MHRA poursuit son travail de réglementation et d’octroi de licences pour les produits de la cigarette électronique et soutient les fabricants afin d’accélérer cet octroi pour les cigarettes électroniques en tant que produits de désintoxication. Le PHE estime qu’il existe des preuves convaincantes pour que les e-cigarettes soient mises à la disposition des patients du NHS.

Pour les NHS Trust (établissements de santé) :

Pour devenir réellement sans fumée, les Trusts devraient s’assurer que :

  • Les cigarettes électroniques, avec les thérapies de substitution à la nicotine, sont disponibles à la vente dans les magasins des hôpitaux
  • Les politiques sur le vapotage aident les fumeurs à arrêter de fumer et à rester sans fumée
  • Les abris pour fumeurs sont supprimés
  • Le personnel en première ligne saisit toutes les occasions pour encourager et aider les patients à arrêter de fumer

Conclusion :

Bon, on ne va pas se mentir et le dire avec des mots crus :

Quand on lit ce rapport, on se demande ce que l’on fait en France ? Oui, nous sommes très nuls. Alors quelle est la réponse ?

  • Incompétence ?
  • Excès de prudence ?
  • Intérêts financiers ?

On peut aussi se dire que nous sommes sous tutelle de l’Union Européenne ; union sur laquelle l’influence des lobbys n’est plus à démontrer. Les anglais ont voté le Brexit et vont donc pouvoir s’émanciper des directives, parfois iniques, émanant de Bruxelles. Marisol Touraine avait dit, en son temps, que la France exigeait des études à elle pour tirer ses conclusions. Pourquoi ? Les données anglaises sont-elles fausses ou partiales ? Les français seraient de plus sérieux scientifiques ? Allons bon… A moins qu’il ne s’agisse de gagner du temps ou bien, à la décharge du ministère, de certaines réticences suite aux « affaires » de santé publique ayant terni notre beau pays. En attendant, des gens meurent du tabac fumé tous les jours.

2 Commentaires

  1. Cest très bien de voir laspect « scientifique » du problème, MAIS Quid des taxes sur les produits pétroliers ? Il ne faut pas tout de même pas oublier que 75% du prix dun litre de carburant cest de la taxe ! Alors comment va t-on faire pour faire rentrer le fric dans les caisses de létat ? Cest un peu comme pour le tabac, cest pas bien !, on te mazoute la tête à longueur de journée pour te dire d’arrêter, mais le jour il ny a plus de fumeurs, qui va payer les taxes sur le tabac ? Ben cest tout bête ! Ceux qui ne fumaient pas avant quil ny ait plus de fumeurs (cest à dire tout le monde). Pas étonnant de ce fait que les alternatives énergétiques nen soient quà leur balbutiements.

    • Certes, mais le sujet n’est pas là. Le pétrole n’entre pas dans notre champs de compétences 😉 Cela dit, le tabac génère 80% de taxes. C’est un monopole d’état depuis Colbert. C’est la principale raison qui empêche une augmentation brutale et significative du prix du tabac. Et on le sait, le prix est un facteur déterminant dans la lutte contre le tabagisme. Pour autant, il y a aujourd’hui des solutions pour ne pas laisser le fumeur sur le bord de la route. La vape en est une des meilleures. C’est sur ce point que le PHE veut insister et offrir aux anglais une solution de sortie du tabac sans souffrances et à moindres risques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here