Lettre des scientifiques sur le SNUS à la Commission européenne

0
219

Lettre des scientifiques sur le snus à la Commission européenne

Von Rompuy et Baroso à la tribune

 

Pour:
M. John Dalli,
Commissaire européen à la santé et protection des consommateurs
Commission européenne
B-1049Bruxelles, Belgique

Copie à:

Michel Barnier, Commissaire européen chargé du marché intérieur et des services,
José Manuel Barroso, président de la Commission européenne
Máire Geoghegan-Quinn, Commissaire européenne pour la recherche et l’innovation
Marianne Klingbeil, Secrétaire général adjoint, Secrétariat général, Commission européenne
Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée des affaires intérieures
Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne

Monsieur,

En tant que groupe de scientifiques dont les recherches visent à minimiser les maladies induites par le tabac, nous sommes très heureux de prendre connaissance de vos déclarations en faveur d’une position plus ferme nécessaire contre le tabagisme, menace sanitaire majeure. Nous sommes convaincus que la révision actuelle de la directive européenne sur les produits du tabac peut renforcer son efficacité afin d’assurer un niveau élevé de protection de la santé. Mais nous sommes également conscients qu’un résultat optimal ne peut être atteint que si une attention particulière est accordée à la promotion de l’aspect scientifique.

Nous avons remarqué que le débat en cours autour de la révision générale contient divers exemples de suggestions qui ne s’accordent pas aux preuves scientifiques les plus récentes. C’est pourquoi nous tenons à souligner les pierres angulaires de la science sur le tabac et certains progrès récents qui constituent des éléments essentiels d’une base scientifique appropriée pour la révision.

D’un point de vue scientifique, les dispositions de la Directive sur les Produits du tabac devraient tenir compte du fait que le tabac et d’autres produits différents de délivrance de la nicotine varient considérablement dans leur risque pour la santé et leur dépendance. La nicotine est une substance addictive mais joue un rôle mineur dans l’étiologie des maladies provoquées par le tabac, qui sont principalement causées par les produits de combustion qui accompagnent la nicotine dans la fumée du tabac. Par conséquent, les produits du tabac brûlés représentent les produits de nicotine les plus risqués et les produits non brûlés sont moins dangereux. Parmi les produits non brûlés à base de nicotine, il y a aussi un large éventail de risques pour la santé, allant de très toxiques pour les produits du tabac à priser d’Asie du Sud-Est et soudanais au snuff américain, snus suédois et produits de nicotine ne contenant pas de tabac.

La forme la plus logique de réglementation des produits du tabac pour la protection de la santé serait d’interdire tous les produits brûlés et soumettre tous les produits sans combustion / tabac / nicotine à une réglementation stricte en fonction du niveau de risque. L’interdiction immédiate des cigarettes et autres produits du tabac brûlés n’est pas possible, mais la possibilité d’éliminer progressivement ces produits sur le long terme mérite d’être examinée.

À court terme, l’établissement d’un cadre réglementaire pour tous les produits du tabac est beaucoup plus facile et pourrait aider au retrait progressif du tabac combustible (Royal College of Physicians, 2008; Le Houezec et al, 2011.). Des propositions pour la conception d’une telle réglementation sont facilement disponibles dans le troisième rapport du groupe d’étude de l’OMS sur la réglementation des produits du tabac (OMS, 2009).

La Convention cadre de l’OMS pour la lutte anti-tabac, CCLAT, souligne dans l’article 1 la lutte anti-tabac, la gamme de l’offre, la demande et les stratégies de réduction des méfaits. Les «stratégies de réduction des méfaits» méritent une attention particulière ici, car il existe des preuves suggérant que de telles stratégies peuvent apporter des bénéfices substantiels pour la santé dans la lutte anti-tabac, si les fumeurs sont encouragés à utiliser des produits moins nocifs de nicotine par des moyens appropriés (Royal College of Physicians, 2007; européenne Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, 2010).
Les produits ayant le plus grand potentiel pour une utilisation dans la réduction des méfaits du tabac sont des produits de nicotine sans tabac et des produits à faible toxicité sans combustion, tels que le snus suédois.
Il a été estimé que pour la mortalité totale, les risques médians pour les utilisateurs de ces produits étaient de 9% et 5% du risque associé au tabagisme chez les 35 à 49 ans et ≥ 50 ans, respectivement (Levy et al., 2004 ). Une autre étude a permis d’élucider les risques sanitaires correspondants en calculant le raccourcissement de l’espérance de vie en raison de différents modèles d’usage du tabac. Ceux qui ont quitté le tabagisme grâce au snus retrouvent une espérance de vie identique à ceux qui abandonnent tout usage de la nicotine (Gartner et al., 2007). Il n’y a pas de données correspondantes pour les autres produits de nicotine sans tabac, mais on peut supposer que leurs effets sont similaires.

Il convient en outre de remarquer que le passage à un produit sans combustion peut également être un tremplin vers l’abandon de la nicotine comme l’illustrent les analyses de l’utilisation du snus en Suède (Ramström et Wikmans, 2011).

Tous les risques pour la santé des maladies spécifiques sont infimes du fait de la faible toxicité des produits de nicotine sans combustion par rapport aux cigarettes. «La substitution complète du tabac serait donc finalement prévenir presque tous les décès par maladie respiratoire actuellement causés par le tabagisme, qui au total représentent près de la moitié de tous les décès causés par le tabagisme.» (SCENIHR 2008;. P 113).  » Il est donc raisonnable de tirer une conclusion prudente sur la substitution du tabagisme par l’utilisation du snus qui permettrait de réduire la mortalité cardio-vasculaire dûe à 50% à l’usage du tabac. » (SCENIHR 2008, p. 114).

En ce qui concerne le cancer buccal provoqué par les produits sans combustion, autant le Sud-Est asiatique et le Soudan encourent un risque grave, autant aucun effet négatif n’a été trouvée pour le snus suédois (Luo et al., 2007). Certaines études antérieures ont suggéré un lien possible entre le snus et le cancer du pancréas (quoique plus faible que par association avec le tabagisme). Cependant, l’étude la plus récemment publiée, co-écrite par l’un des auteurs de l’ancienne étude, rejette désormais ces conclusions (Bertuccio et al., 2011).

La preuve pour la Suède se résume ainsi : « En Suède, la disponibilité et l’utilisation par les hommes d’un produit de tabac oral appelé snus, un des produits les moins dangereux de tabac sans fumée, largement reconnu pour avoir contribué à la faible prévalence du tabagisme chez les hommes suédois et à de faibles taux de cancer du poumon. « (Royal College of Physicians, 2008; p. 4), ou, » Ainsi, en Suède, où il a apparemment été commun de basculer de la fumée au snus, la disponibilité du snus a été bénéfique pour la santé publique »(SCENIHR, 2008;. p 117). Une étude publiée récemment a en outre montré comment l’utilisation du snus en Suède a contribué à la baisse du tabagisme dans les années 1990 (Stenbeck et al., 2009).

La faible toxicité des produits de nicotine sans combustion peut être bénéfique pour la santé publique en induisant la désaccoutumance au tabac sans aide, en les rendant disponibles dans le monde réel en dehors des milieux cliniques. C’est dans ce contexte que l’abandon du tabac joue son rôle majeur comme outil de santé publique (Chapman & MacKenzie, 2010). Certaines études suédoises suggèrent que le snus peut-être l’aide la plus efficace d’auto-assistance et les ex-fumeurs, notamment les hommes, l’ont très souvent utilisé (Ramström & Foulds, 2006; Ramström et Wikmans, 2011). Des études récentes en Norvège ont également constaté que les tentatives de sevrage avec le snus ont un taux de réussite plus élevé que les autres méthodes, démontrant ainsi que la validité des résultats suédois ne se limite pas à la Suède et ses traditions spécifiques (Lund et al, 2010;.. Lund et al, 2011). La combinaison d’une utilisation élevée et d’une grande efficacité toujours trouvée dans les études scandinaves suggèrent un niveau élevé d’efficacité des produits du tabac sans combustion à faible toxicité en tant qu’aides à l’arrêt du tabac sans assistance dans le monde réel. En outre, une récente étude à court terme randomisée a montré que le snus Camel produit des taux d’abstinence au moins équivalent à celui des gommes de 4 mg de nicotine. (Kotlyar et al., 2011).

Dans les discussions sur les aspects de santé publique, il y a des préoccupations au sujet d’un risque d’effets secondaires négatifs. Par exemple, des produits comme le snus peuvent être une passerelle vers l’initiation à fumer pour des adolescents non-fumeurs. Cependant, plusieurs études ont montré que cela n’a pas eu lieu en Suède (Furberg et al, 2005;. Ramström & Foulds, 2006;. Galanti et al, 2008). La plupart des études correspondantes aux États-Unis ont des résultats cohérents avec les conclusions suédoises et ne montrent pas que l’utilisation par les jeunes de produits sans fumée provoque une hausse du tabac fumé (O’Connor et al, 2005;.. Timberlake et al, 2009 ). Il y a aussi des préoccupations quant au double usage de la cigarette et du tabac sans combustion qui risque d’affaiblir la motivation pour arrêter de fumer ou que le passage de la cigarette au snus peut renforcer la dépendance à la nicotine. Cependant, des études publiées récemment n’ont pas trouvé de support à ces préoccupations (Frost-Pineda et al, 2010;. Ramström et Wikmans, 2011). Le risque de toutes ces conséquences négatives potentielles pourrait également être réduit au minimum grâce à une réglementation appropriée sur tous les produits du tabac.

Nous avons une vision d’une société sans tabac, mais la route est longue vers cet objectif. Nous devons aider à minimiser le fardeau de l’usage du tabac pour la santé par le biais d’une réglementation appropriée sur tous les produits du tabac / nicotine en fonction de leur niveau de risque pour la santé. Nous espérons que la révision de la directive sur les produits du tabac de l’UE sera un élément efficace de ces efforts.

Cordialement,

Tony Axell, Senior Consultant, Dept. of Maxillofacial Surgery, Halland Hospital Halmstad, Halmstad, Sweden.

Ron Borland, Professor, The Cancer Council Victoria, Australia.

John Britton, Professor of Epidemiology, University of Nottingham. UK.

Karl Fagerström, Principal Investigator, Fagerström Consulting, Helsingborg, Sweden.

Jonathan Foulds , Professor of Public Health Sciences & Psychiatry, Penn State University, College of Medicine Cancer Institute, Cancer Control Program. Hershey, PA, USA.

Coral Gartner, Professor, The University of Queensland Centre for Clinical Research, Brisbane, Australia.

John Hughes, Professor, Dept of Psychiatry, University of Vermont, Burlington, VT, USA.

Martin Jarvis, Emeritus Professor of Health Psychology, University College, London. UK.

Lynn Kozlowski, Professor, School of Public Health and Health Professions, State University of New York. NY, USA.

Michael Kunze, Univ.Prof., Institute of Social Medicine, ECDC (European Centre for Disease Prevention and Control), Centre of Public Health, Medical University Vienna, Austria.

Jacques Le Houezec, Consultant in Public Health, Tobacco dependence, Rennes, France

Karl E Lund, Research Director, Norwegian Institute for Alcohol and Drug Research, Oslo, Norway.

Ann McNeill, Professor of Health Policy & Promotion, University ofNottingham.UK.

Lars Ramström, Principal Investigator, Institute for Tobacco Studies,Stockholm,Sweden.

David Sweanor, Adjunct Professor, Faculty of Law, University of Ottawa, Canada.

References

Bertuccio P, La Vecchia C, Silverman DT, Petersen GM, Bracci PM, Negri E, Li D, Risch HA, Olson SH, Gallinger S, Miller AB, Bueno-de-Mesquita HB, Talamini R, Polesel J, Ghadirian P, Baghurst PA, Zatonski W, Fontham ET, Bamlet WR, Holly EA, Lucenteforte E, Hassan M, Yu H, Kurtz RC, Cotterchio M, Su J, Maisonneuve P, Duell EJ, Bosetti C, Boffetta P. Cigar and pipe smoking, smokeless tobacco use and pancreatic cancer: an analysis from the International Pancreatic Cancer Case-Control Consortium (PanC4). Ann Oncol. 2011 Jan 18. [Epub ahead of print].

Chapman S, MacKenzie R. The global research neglect of unassisted smoking cessation: causes and consequences. PLoS Med. 2010 Feb 9:7(2):e1000216.

European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction (EMCDDA). Harm reduction: evidence, impacts and challenges. EMCDDA scientific monograph No. 10. Lisbon: April 2010. Available from

Frost-Pineda K, Appleton S, Fisher M, Fox K, Gaworski CL. Does dual use jeopardize the potential role of smokeless tobacco in harm reduction? Nicotine Tob Res. 2010 Nov;12(11):1055-67.

Furberg, H., Bulik, C. M., Lerman, C., et al. (2005), ‘Is Swedish snus associated with smoking initiation or smoking cessation?’ Tob Control 14, pp. 422–4. [here]

Galanti M. R., Rosendahl I,. Wickholm S. The development of tobacco use in adolescence among ‘‘snus starters’’ and ‘‘cigarette starters’’: An analysis of the Swedish ‘‘BROMS’’ cohort. Nicotine Tob Res 2008; 10: 315 – 23.

Gartner C. E., HallW. H., Vos T. H., Bertram M.Y.,Wallace A. L., Lim S. S. Assessment of Swedish snus for tobacco harm reduction: an epidemiological modelling study. The Lancet 2007; 369: 2010–4.

Kotlyar M, Hertsgaard LA, Lindgren BR, Jensen JA, Carmella SG, Stepanov I, Murphy SE, Hecht SS, Hatsukami DK. Effect of oral snus and medicinal nicotine in smokers on toxicant exposure and withdrawal symptoms: a feasibility study. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2011 Jan;20(1):91-100.

Le Houezec J, McNeill A, Britton J. Tobacco, nicotine and harm reduction. Drug Alcohol Rev. 2011 Mar;30(2):119-23.

Levy, D. T., Mumford, E. A., Cummings, K. M., et al. (2004), ‘The relative risks of a low-nitrosamine smokeless tobacco product compared with smoking cigarettes: estimates of a panel of experts’, Cancer Epidemiology, Biomarkers and Prevention 13, pp. 2035–42.

LundK. E., McNeill A., Scheffels J. The use of snus for quitting smoking compared with medicinal products. Nicotine Tob Res 2010; 12: 817–22.

LundK., Scheffels J., McNeill A. The association between use of snus and quit rates for smoking: results from seven Norwegian cross-sectional studies. Addiction 2011; 106: 162–7.

Luo J, Ye W, Zendehdel K, Adami J, Adami HO, Boffetta P, Nyrén O. Oral use of Swedish moist snuff (snus) and risk for cancer of the mouth, lung, and pancreas in male construction workers: a retrospective cohort study. Lancet. 2007 Jun 16;369(9578):2015-20.

O’Connor RJ, Kozlowski LT, Flaherty BP, Edwards BQ. Most smokeless tobacco use does not cause cigarette smoking: results from the 2000 National Household Survey on Drug Abuse. Addict Behav. 2005 Feb;30(2):325-36.

Ramstrom L., Foulds J. Role of snus in initiation and cessation of tobacco smoking in Sweden. Tob Control 2006; 15:210–4.

Ramström L., Wikmans T. Revisiting Harm Reduction – An Update of Pros and Cons. Poster presented at the ECToH conference Tobacco or Health in Amsterdam 28-30 Mars 2011. Available from http://www.forskningsgruppen.com/vakt.htm

Royal College of Physicians. Harm Reduction in Nicotine Addiction. Helping People Who Can’t Quit. A report by the Tobacco Advisory Group of the Royal College of Physicians, October 2007. London: RCP.

Royal College of Physicians. Ending tobacco smoking in Britain Radical strategies for prevention and harm reduction in nicotine addiction. A report by the Tobacco Advisory Group of the Royal College of Physicians, September 2008.

SCENIHR. Health effects of smokeless tobacco products, Scientific Committee on Emerging and Newly Identified Health Risks, European Commission,Brussels. Available at

Stenbeck M, Hagquist C, Rosén M. The association of snus and smoking behaviour: a cohort analysis of Swedish males in the 1990s. Addiction. 2009 Sep;104(9):1579-85.

Timberlake, D. S., Huh, J. and Lakon, C. M. (2009), ‘Use of propensity score matching in evaluating smokeless tobacco as a gateway to smoking’. Nicotine Tob Res. 11, pp. 455–62.

WHO study group on tobacco product regulation. Report on The Scientific Basis Of Tobacco Product Regulation: third report of a WHO study group. WHO technical report series; no. 955. WHO, Geneva; 2009.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here